L’affaire du segment satellitaire du gouvernement, Blaise Didatien Kossimatchi contredit les propos épileptique de Djorie

Publié le 6 décembre 2022 , 7:12
Mis à jour le: 5 décembre 2022 4:49

 

Bangui (République centrafricaine) – Deux semaines après sa déclaration épileptique et très controversée sur les antennes de la radio Ndékèluka sur l’affaire d’un prétendu segment satellitaire du gouvernement centrafricain, le chef milicien Blaise Didatien Kossimatchi  vient à son tour de le contredire.  Propos contre propos, le très médiocre ministre de la communication Serge Ghislain Djorie et le chef milicien Kossimatchi  s’affrontent désormais par médias interposés sans le savoir.

Serge Ghislain Djorie, ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement
Serge Ghislain Djorie, ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement. Photo Djoni Sango

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 6 décembre 2022

 

L’affaire du segment satellitaire du gouvernement continue de faire de polémique

 

Selon les déclarations faite par le médiocre ministre de communication Serge Ghislain Djorie dans l’émission Patara sur les antennes de la radio Ndékèluka il y’a près de deux semaines, la République centrafricaine dispose désormais d’un segment  satellitaire   de télédétection avec un système d’imagerie qui permet au gouvernement de contrôler l’ensemble du territoire national. Or, une semaine plus tard, des faits observés sur le terrain viennent le contredire fortement. D’ailleurs, près d’une semaine après le prétendu survol et le bombardement de Bossangoa, le gouvernement centrafricain  n’a toujours pas communiqué  sur le type d’appareil qui aurait bombardé la base des mercenaires de Wagner à Bossangoa.  Pire encore, Blaise Didatien Kossimatchi,  dans sa déclaration samedi sur les réseaux sociaux, exige à la France de remettre au gouvernement centrafricains les « clichés  de dix derniers jours de son « segment satellitaire» parce qu’il y’a des preuves. D’après lui, certains pays africains qui disposent de segment satellitaire comme le Nigéria et l’Afrique du sud savent que c’est la France qui est derrière le bombardement de Bossangoa. Quelle est cette histoire. Kossimatchi oublie de citer son pays dans la liste des pays africains qui disposent également d’un segment satellitaire de surveillance ou quoi? À vrai dire, le mensonge ne grandit pas un homme. Djorie et Kossimatchi doivent savoir que les centrafricains sont assez matures  pour comprendre et analyser ce qui se passe dans leur pays. Même si vous êtes enseignants chercheur fictif, ou encore un docteur en biologie de Château-rouge, vous devez savoir qu’on ne dirige pas un pays sur la base de mensonge. Demandez à Poutine, il va vous le dire avec précision. Ses militaires  sont actuellement en débandade face à l’armée ukrainienne.

Affaire à suivre….

À lire aussi : La Chine regrette qu’un projet de résolution du Conseil de sécurité ignore les propositions de la Centrafrique

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

 

 

Aucun article à afficher