La RCA face à un défi majeur : l’urgence de l’éducation

Publié le 16 mai 2023 , 7:20
Mis à jour le: 16 mai 2023 4:01

La RCA face à un défi majeur : l’urgence de l’éducation

Le sit-in des gilets rouges devant l'hôtel Ledger Plazza de Bangui le 8 janvier 2019. CopyrightCNC.
Le sit-in des gilets rouges devant l’hôtel Ledger Plazza de Bangui le 8 janvier 2019. CopyrightCNC.

 

 

Bangui, 17 mai 2023 (CNC) — Dans un contexte mondial où les mouvements citoyens prennent de l’ampleur, l’Afrique n’est pas en reste. Récemment, des milliers de Sénégalais ont exprimé leur désaccord avec une éventuelle troisième candidature de leur président Macky Sall. Cette mobilisation a suscité admiration et réflexion dans d’autres pays du continent, notamment en République centrafricaine. Le journaliste Ben Wilson NGASSAN souligne les différences criantes entre les deux pays, notamment en termes d’éducation et de participation citoyenne. Dans cet article, nous examinerons l’analyse de Ben Wilson NGASSAN et la nécessité urgente d’accorder une place centrale à l’éducation en République centrafricaine.

 

Le pouvoir destructeur du président centrafricain :

 

Ben Wilson NGASSAN pointe du doigt les conséquences dévastatrices de l’administration présidentielle en République centrafricaine. Selon lui, les fondements de la République ont été systématiquement détruits, laissant le pays vulnérable aux mains de la mafia internationale. De plus, le non-respect répété de la Constitution par le président en place a plongé le pays dans le chaos. Cette situation a eu un impact direct sur la jeunesse, qui a été complètement négligée en termes d’éducation et de développement.

 

L’éducation, priorité des priorités :

 

À travers l’exemple du Sénégal, Ben Wilson NGASSAN met en évidence l’importance de l’éducation dans la mobilisation citoyenne. Les Sénégalais qui manifestent ont été instruits civiquement et moralement, ce qui leur permet de s’engager activement pour la justice et la démocratie. En revanche, en République centrafricaine, le manque d’investissement dans l’éducation a créé un véritable danger pour la démocratie. Les gouvernements successifs ont négligé la formation du peuple, le laissant dans l’ignorance et l’impuissance.

 

Un appel à l’action :

 

Face à cette situation critique, Ben Wilson NGASSAN exhorte le gouvernement centrafricain à accorder une attention primordiale à l’éducation. Il propose qu’au moins 30% du budget de l’État soit alloué à ce secteur. L’enseignement doit devenir la priorité absolue pour permettre au pays de se reconstruire et de se développer. L’éducation permettra au peuple centrafricain d’acquérir les compétences nécessaires pour s’engager dans la construction d’une république démocratique et éclairée.

Ceci dit, l’analyse de Ben Wilson NGASSAN sur la situation en République centrafricaine met en évidence le besoin urgent de se concentrer sur l’éducation. La mobilisation citoyenne observée au Sénégal montre que l’instruction civique et morale est essentielle pour la participation active à la vie démocratique. En consacrant une part significative du budget de l’État à l’éducation, la République centrafricaine peut espérer former un peuple éclairé, capable.

 

Par Alain Nzilo

Directeur de publication

 

Corbeaunews Centrafriquev

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher