Fidèle Gouandjika : « François Bozizé sera égorgé s’il est attrapé par les soldats FACA »

Publié le 28 juin 2022 , 8:10
Mis à jour le: 28 juin 2022 6:38

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mercredi 29 juin 2022

 

Bangui (CNC) –  Après avoir échoué à reprendre le pouvoir par les armes en janvier  2021, l’ancien Président de la République, le général d’armée François Bozizé, coordonnateur de la coalition des patriotes pour le changement (CPC),avait pris la fuite devant la contre-offensive des forces armées centrafricaines (FACA) et de leurs alliés rwandais et mercenaires russes. Depuis lors, l’homme se retrouve à Ndjamena au Tchad. Mais le 20 juin dernier, dans une déclaration faite sur la situation politique et sécuritaire du pays, l’homme a annoncé que l’alternative crédible, efficace et efficiente capable de mettre un terme définitivement à la crise en République centrafricaine reste et demeure une transition politique sans le Président TOUADERA. Deux jours plus tard, le tristement célèbre ministre conseiller du chef de l’État, monsieur  Fidèle Gouandjika, dans son live sur la plateforme de réseau social Facebook, réplique et fait des déclarations à la limite de la folie.
bozizé et gouandjika
L’ancien Président François Bozizé et le conseiller du chef de l’État Fidèle Gouandjika

 

L’ancien Président François Bozizé, aujourd’hui en fuite vers Ndjamena au Tchad, a justifié son souhait de voir le Président Faustin Archange Touadera quitter le pouvoir  en raison de son incapacité à résoudre efficacement le problème sécuritaire et politique du pays. D’après lui, l’alternative crédible, efficace et efficiente capable de mettre un terme définitivement à la crise en République centrafricaine reste et demeure une transition politique sans le Président TOUADERA.

À en croire sa déclaration, cette transition aura la responsabilité d’organiser un dialogue politique inclusif qui prendra en compte toutes les aspirations du peuple. La transition définira un cadre légal de sécurisation, de réconciliation, de retour de la paix, de réconciliation et de relance de l’économie conformément au préambule de la Constitution du 30 mars 2016 qui fait de la tolérance et du dialogue le socle de la paix et de la réconciliation nationale. Et à la fin de la transition, le pays se sera doté d’une constitution approuvée à la base populaire avec des institutions républicaines fortes, fonctionnant dans l’intérêt du peuple et de la nation tout entière.

Or, pour le ministre conseiller spécial du Président de la République, monsieur Fidèle Gouandjika, cette prise de position de l’ancien Président François Bozizé n’est rien d’autre qu’une déclaration de Guerre faite à l’endroit de son successeur, le Professeur Faustin Archange Touadera.. En conséquence, s’il est attrapé  un jour par les forces de défense et de sécurité, il ne sera pas traduit devant la justice. Il sera tout simplement « égorgé comme un mouton », exactement  comme il a fait à certains Centrafricains à l’époque qu’il était au pouvoir, selon le ministre conseiller Fidèle Gouandjika.

Et ce ministre conseiller n’est pas à sa première déclaration du genre sur les réseaux sociaux. Il y a une semaine, il a fait ce genre de déclaration à l’endroit du chef rebelle Ali Darassa, où il a clairement indiqué qu’il sera égorgé si les forces de l’ordre mettent la main sur lui.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher