Édito – Bamako-Bangui, même combat : De la théorie de complot à l’autoritarisme

Publié le 17 mai 2022 , 4:26
Mis à jour le: 17 mai 2022 4:26

 

Rédigé par Ben Wilson NGASSAN

 

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mardi 17 mai 2022

 

Bangui (CNC) – Oui, le compte à régression démocratique est déjà lancé. Les nouveaux dictateurs en Afrique ne seront plus combattus par leur Peuple, car ils ont eu le génie de souffler sur la braise de la lutte anti-impérialiste pour se donner de la baume.

Le Prrésident centrafricain touadera
Le Président Faustin Archange Touadera

 

De Conakry en passant par Bamako et Bangui, soldatesque pushciste ou pouvoir démocratique, ils tirent sur la ficelle patriotique et néo indépendantiste afin de faire passer leurs idées.

Les méthodes sont connues : persécution de l’opposition démocratique, front ouvert contre l’impérialisme occidental, théorie de complot, flirt avec la Russie du Tsar Poutine. Un piège si pernicieux pour les démocraties en Afrique. On se croirait encore au 20e siècle.

La pire des choses, est de voir la clameur des Peuples face aux frasques de leurs gouvernants oppresseurs.

 

L’Afrique est mal repartie.

 

Progressiste, nous militons tous pour l’indépendance réelle du continent, mais pas à n’importe quel prix. Tant que nos gouvernants ne seront pas à la hauteur des enjeux, ne travailleront pas à lutter contre la corruption, l’ignorance de nos peuples, la gabegie, le crime économique, l’impunité, et n’instaurent pas la bonne gouvernance par une gestion saine des ressources de l’État, la reddition des comptes, on sera encore bien loin de la porte de sortie.

Je peux me tromper, l’Afrique est mal repartie !

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher