Controverses autour de la Dissolution de la CVJRR : Qui Manipule la Vérité ?

Publié le 14 mai 2024 , 5:07
Mis à jour le: 14 mai 2024 9:26 am

Controverses autour de la Dissolution de la CVJRR : Qui Manipule la Vérité ?

 

Maître Marie-Edith Douzima
Maître Marie-Edith Douzima. CopyrightRNL

 

Bangui, 05 mai 2024 (CNC)

La fermeture des portes de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) a suscité de vives réactions et de nombreuses interrogations. Les membres de la commission ont déclaré que l’institution manquait cruellement de moyens financiers et matériels dès sa mise en place. Pendant les deux premières années, la commission n’avait même pas de local pour travailler, et ce n’est qu’après ce délai qu’un bureau leur a été attribué, mais toujours avec des moyens insuffisants.

 

Déclaration des Membres de la Commission…

 

Les membres de la CVJRR ont souligné qu’ils faisaient face à des défis financiers et logistiques importants qui entravaient leur travail. Malgré ces obstacles, ils ont continué à mener des activités et à préparer la première audience publique. Cependant, juste avant cette étape importante, le Président de la République a pris un décret pour dissoudre la commission, une décision qui a surpris beaucoup de personnes.

 

Version du Gouvernement…

 

De son côté, le gouvernement, par l’intermédiaire du porte-parole Maxime Balalou, a fourni une version différente des faits. Selon lui, la dissolution de la CVJRR est due à des problèmes internes graves, notamment des accusations de détournement de fonds et un conflit de positionnement entre les commissaires. D’après Maxime Balalou, la ministre de l’Action humanitaire a présenté un rapport détaillant ces dysfonctionnements au Conseil des ministres, lequel a décidé de limoger l’ensemble des membres de la commission.

 

Accusations et Conflits Internes…

 

Le rapport de la ministre fait état de rivalités internes, de mauvaise gestion avérée, et de l’utilisation abusive des ressources matérielles. Ces problèmes auraient empêché la commission de fonctionner correctement et d’accomplir sa mission. Face à ces accusations, le gouvernement a jugé nécessaire de dissoudre la commission et de mettre en place une nouvelle structure pour reprendre ses travaux dans le respect de la loi.

 

Conséquences et Prochaines Étapes…

 

La fermeture des portes de la CVJRR par les forces de l’ordre le vendredi 3 mai intervient à un moment critique, alors que la commission se préparait à lancer ses premières audiences publiques après avoir entendu certaines victimes à Bossangoa, Dékoa, et Ndélé. Le gouvernement prévoit désormais de réunir les entités concernées pour choisir de nouveaux membres afin de poursuivre le travail de la commission.

 

Cependant, la question demeure : qui dit la vérité entre le gouvernement et les membres de la commission ? Les déclarations contradictoires sèment le doute. Les membres de la CVJRR dénoncent un manque de moyens financiers et matériels, affirmant qu’ils ont peiné à obtenir un local pour travailler pendant deux ans. De l’autre côté, le gouvernement accuse la commission de détournement de fonds et de conflits internes. Si le gouvernement soutient réellement ses accusations de détournement, il doit logiquement engager une action en justice. La population attend donc de voir si le gouvernement prendra des mesures judiciaires contre les membres de la commission dissoute par le président.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher