Combats de Bria, les Goula se sont ralliés au MLCJ, les Tchadiens au FPRC.

Publié le 26 janvier 2020 , 4:27
Mis à jour le: 26 janvier 2020 5:11
Un individu, encore non identifié, a vandalisé, ce jeudi soir, la stèle des soldats Africains. Le Maire de Sarcelles a porté plainte.
CopyrightCNC

 

Bria (République centrafricaine) – Les combats ont repris ce dimanche matin entre les rebelles du MLCJ et ceux du FPRC dans la ville de Bria, avec l’appui inattendu des jeunes Goula derrière les Kara du MLCJ. Les dégâts sont énormes.

 

Même si les Peuls ne se sont pas prononcés depuis hier dans cette guerre inutile à connotation ethnique opposant le FPRC au MLCJ, les Goula, quant à eux, se sont déjà prononcés en faveur des Kara du MLCJ, et les Tchadiens, favorables au FPRC.

Très tôt ce matin vers 6 heures, l’affrontement a repris avec des artilleries lourdes. La ville est complètement sous la coupe des groupes armés (MLCJ et FPRC)  qui font leurs lois sur les populations civiles, en présence malheureusement des soldats de l’armée nationale et des forces de l’ONU (Minusca), comme si on préfère laisser les choses s’empirer avant de faire des communiqués inutiles à la radio. Finalement, à quoi sert de déployer des forces dans ces zones si la vie des citoyens sont menacés ? Pourquoi ne pas s’interposer cette nuit où les combats se sont calmés ? En tout cas le doute persiste quant à la volonté réelle des autorités de rétablir véritablement la paix dans ce pays d’Afrique centrale embourbé dans un conflit sans fin.

Pour l’heure, la ville se vide complètement de ses habitants qui affluent dans des camps des déplacés, protégés par les forces de la Minusca.

Le bilan est lourd, très lourd avec de nombreux blessés, civils comme combattants, selon des sources hospitalières.

Ce qui est étonnant dans cette histoire, personne ne peut imaginer que ce sont les MLCJ qui peuvent provoquer en premier le FPRC à Bria. Selon les observateurs, le MLCJ a reçu sans doute l’appui militaire du gouvernement et de la Minusca avant de faire ce genre de provocation à Bria où ils sont très minoritaires, comparativement au FPRC.

Souvenez-vous, à Birao, au mois de septembre dernier, on a vu exactement ce genre de stratégie risquée pour dégager les FPRC de la ville. Mais quand ces derniers se sont reconstitués pour reconquérir Birao, la Minusca s’est empressée pour déclarer la ville sans armes. Ceci dit, si le FPRC tente à nouveau de revenir à Birao, les forces de la Minusca vont intervenir pour le frapper, alors que les rebelles du MLCJ sont lourdement armées dans la ville avec des mercenaires sous les yeux et barbe de la Minusca et du gouvernement.

Aussi, au début de cette semaine, on a vu un gros camion des Goula, désormais alliés des Kara du MLCJ, en provenance justement de Bangui pour la ville de Birao, est arrivé à Ndélé, et l’équipage, lourdement armé, n’a pas voulu se soumettre au contrôle de routine du FPRC alors que c’est la même pratique depuis plusieurs années dans cette ville de Bamingui-Bangoran. C’est aussi une stratégie pour déclencher une guerre ethnique à Ndélé afin d’anéantir le FPRC dans la ville.

Tout est clair,les choses sont en marche pour anéantir le FPRC à travers des forces supplétives des autorités, selon l’avis des observateurs nationaux.

À Bria, le MLCJ est en phase de contrôler la ville toute entière, ce qui est très étonnant, vu sa capacité militaire il y’a deux semaines.

 

Moïse Banafio

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher