Centrafrique: vive tension à Bria entre les éléments de l’UPC et ceux du FPRC

Publié le 16 juillet 2016 , 8:50
Mis à jour le: 16 juillet 2016 8:50

(Corbeau News Centrafrique)

Seleka convoi1

 

Centrafrique: vive tension à Bria entre les éléments de l’UPC et ceux du FPRC

 

 

 

Écrit le 15 juillet 2016.

Par: Gisèle MOLOMA (CNC).

Depuis deux jours, une vive tension palpable nous a été signalée à Bria entre les éléments de l’UPC dirigé par le Général Ali Darassa et ceux du FPRC dirigé par le Général Nourredine Adam qui contrôlent actuellement une partie de la zone de Bria. Les barrières ont été érigées et la population locale commence à s’inquiéter.

Embarqués sur une douzaine des motos, les éléments de l’ex-coalition Séléka de l’UPC dirigée par le Général Ali Darassa ont quitté le mercredi dernier la ville de Bambari pour se rendre à Bria. En arrivant à Ippy, ces éléments de l’UPC commencent à ériger des barrières dans chaque village jusqu’à Bria. Pendant ce temps, la population commence à s’inquiéter et se prépare au pire. Or, selon des informations des sources concordantes recueillies sur place, les éléments de l’UPC dirigée par le Général Ali Darassa ont été appelés au renfort par le Général Zackaria Damane de RPRC, une autre fraction de la Séléka qui occupe aussi une partie de la zone de Bria avec le FPRC de Nourredine Adam.

L’objectif du renfort sollicité par le Général Zackaria de RPRC était de neutraliser le Général Yaya du FPRC, Commandant en Chef de la branche FPRC de la ville de Bria nommé par le Général Nourredine ADAM. Or, depuis leur arrivée à Bria il y’a deux jours, les éléments de l’UPC se positionnent dans la ville de Bria sans affronter ceux du FPRC dont l’objectif était de neutraliser leur Chef le Général Yaya.

La ville de Bria est connue pour son sous-sol rempli des ressources minières dont le diamant. Pour contrôler une vaste zone exploitable, les différents groupes armés s’affrontent régulièrement. Depuis leur départ du pouvoir en 2014 après avoir chassé du pouvoir le Général François Bozizé en 2013, la coalition Séléka s’était divisée en plusieurs fractions qui s’affrontent régulièrement, parfois pour contrôler les zones d’exploitations minières ou à cause du vol du bétail.

Copyright CNC.

Aucun article à afficher