Centrafrique : qui dirige réellement la présidence de l’Assemblée Nationale?

Publié le 12 mai 2016 , 6:23
Mis à jour le: 12 mai 2016 6:23

(Corbeau News Centrafrique)

99e867e5-bdc7-4a2a-c9e0-a6534c7bab1e

Centrafrique : qui dirige réellement la présidence de

l’Assemblée Nationale?

Bangui, (C.N.C), 13-05-2016

 

Le centrafricain lambda se pose la question aujourd’hui sur les réels ambitions du désormais Président de l’Assemblé Nationale Karim Meckassoua. Avant de battre campagne pour être élu président de cette institution, Mekassoua avait dépensé plus de 9 milliards de FCFA si l’on met en exergue sa promesse de doter les 140 députés d’un Pick-up double cabine. Avec un salaire mensuel d’environ 11 millions de FCFA, parviendra t’il a récupéré cette somme colossale qu’il a dépensé? Au cas échéant l’intérêt de la population sera mise en jeu, car l’on soupçonne toujours Mekassoua d’être de connivence avec certains pays occidentaux notamment les pays arabophones pour les richesses de la RCA.
Le 6 mai dernier monsieur Karim Meckassoua a été élu par ses collègues députés Président de l’Assemblée Nationale avec 65 voix sur 127 des suffrages valablement exprimés faisant de lui la deuxième personnalité de la République après le Président de la République. Ce que beaucoup de nos compatriotes n’ont pas compris c’est qu’avant de procéder à la mise en place du bureau définitif de l’Assemblée Nationale, tous les députés candidats au perchoir devraient faire une mini-campagne auprès de la population parlementaire afin s’exposer leur projet de réformes ou autres, elle ou il sera élu comme Président de l’Assemblée. Un député qui n’a pas voté pour Karim Mekassoua et qui préfère rester anonyme nous indique « ce n’est pas une élection, c’est plutôt une compétions de moyens financiers et logistique que Mekassoua a démontré. Il a corrompu tous les députés avec de l’argent et des promesses de dotation en moyen roulant c’est un pas en arrière pour notre démocratie, les députés ont prouvé leur immaturité politique ».

Or, on suivant de près les campagnes menées par les différents candidats au perchoir de cette Assemblée il y’a encore quelques jours, nous avions constaté que les règles du jeu n’ont pas été respectées et les Députés de la République soi-disant ont été malmenés et traités comme des produits mis aux enchères. Ainsi, les intérêts du pays et de la population qui sont d’ailleurs prioritaires ont été tout simplement oubliés par ces malheureux députés.
Contacté par CNC, un Député nous a mentionné clairement qu’ils ont beaucoup dépensé lors de la campagne législative 2015-2016 et donc c’est le moment de récupérer une partie de leur dépense. Ce propos traduit clairement la volonté de ces nouveaux Députés à élire au perchoir le Député candidat le plus aisé financièrement.
Dans une récente enquête menée par CNC, les Députés semblent tenir leur parole en votant massivement celui qui leur a donné plus financièrement. Le tableau ci-dessous détaille pour chaque Député candidat le montant du budget de sa campagne et ses sources de financement.
candidats Montant du budget de la compagne(en CFA) Source de financement Voix obtenues

KARIM MECKASSOUA 146millions et une promesse d’achats de 140 Toyota pick-up BG 80 d’une valeur totale de 8milliards Denis SASSOU NGUESSO du Congo, Pays du Golf et la Turquie 65

ANICET DOLOGUELE 40 millions Les opérateurs économiques centrafricains 24

MARTIN ZIGUELE 13 millions Nicola Tiangaye, Amine Michel et ses fonds personnels 14

EPAYE BEATRICE 25 millions Obiang nguema, Le sénégalais Lamine CISSÉ 8

MAPENZI 10 millions Fonds personnels 8

BERTIN BEA 5 millions Fonds personnels 5

AGOU 2 millions Fonds personnels 1

Sources : Document de compagne des candidats CNC

Ce tableau résume parfaitement la volonté de nos élus députés à voter pour celui qui leur a donné beaucoup de l’argent. Ainsi beaucoup des centrafricains se posent la question pourquoi les etrangés investissent énormément dans la compagne de certains candidats au ? Et pour quels bénéfices nets qu’ils vont en tirer? Combien gagne réellement un président de l’Assemble Nationale par année ou en cinq ans pour qu’il puisse dépenser des milliards pour son élection au perchoir? L’avenir nous le dira et le peuple centrafricain sera vigilant.

 

Bangui, Gysele MOLOMA pour CNC

Aucun article à afficher