Centrafrique : ‘’Proches du Président’’ et affaires d’État

Publié le 9 avril 2020 , 2:30
Mis à jour le: 9 avril 2020 2:30
Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera, Président de la République Centrafricaine, lors de son allocution des voeux à la nation mardi 31 décembre 2019 Bangui. Photo: Présidence RCA.
Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera, Président de la République Centrafricaine, lors de son allocution des voeux à la nation mardi 31 décembre
2019 Bangui. Créditi photo : Présidence RCA.

 

Bangui  ( République centrafricaine ) – Ils sont peu nombreux qui rôdent autour du Président Faustin Archange Touadera dont on ignore leur vrai statut et leur fonction réelle dans le dispositif institutionnel. Ils s’appellent des ‘’proches du Président’’. L’un d’eux qui est en train de défrayer la chronique est Adraman Baron. Qui est réellement Adraman Baron ? Anodine paraitrait une telle interrogation. Mais, il s’agit bien d’une question indéniable, lorsqu’on la place dans son contexte des hommes de main d’un Président de la République soit-il Pr. Faustin Archange Touadera.

« Qui est Adraman Baron ? », d’aucuns aimeraient voir une pareille question être posée par les hautes autorités, voire par le Président de la République lui-même. Car, Baron occupe à ce jour, au grand dam de tous, le poste de Ministre-Conseiller du Chef de l’État, sans aucune preuve de nomination, étant donné que son décret n’est lu nulle part ni ne figure sur un papier en décret muet.

En effet, sous le régime défunt du général François Bozizé Yangouvonda, Adraman Baron occupait le poste de Directeur général de la SOCATEL, et faisait partie des grands financiers du parti ‘’Kwa na Kwa (KNK)’’. A ce poste, non seulement ce dernier n’avait fait preuve que d’incompétence dans la gestion de cette société d’Etat, mais il a brillé dans les actes de malversation financière. La conséquence n’avait pas tardé à avoir raison de lui : il a été limogé par les autorités de l’époque.

Disparu de la scène sociopolitique pendant plusieurs années suite à son limogeage à la tête de la SOCATEL, Adraman Baron a refait surface en 2016, contre toute attente, aux côtés du Président de la République, Pr. Faustin Archange Touadera. L’on s’interroge à juste titre, quel est le numéro du décret de sa nomination ? Personne ne saurait y répondre si ce n’est pas lui-même Baron.

Seulement, là où le bât blesse est que ce sulfureux fils du pays passe son temps, à longueur de journée, dans des bistrots et des restaurants devenus son bureau. Devant les gens, il n’hésite pas à dévoiler des secrets d’Etat, il n’hésita pas à poser sur la table des questions d’Etat de l’heure. En outre, il ne manque jamais d’occasion de tenter d’escroquer les hommes d’affaires au nom du Chef de l’État – ces derniers qui entendent venir investir pour le développement du pays. D’ailleurs, l’on se souvient que plus récemment, l’une de ses victimes – un homme d’affaires, s’est fait déposer par lui, d’une somme de 20 millions de Francs Cfa.

Cette manière de comporter de Adraman Baron aux côtés du Chef de l’Etat est de nature à ternir l’image de son patron Touadera et à discréditer l’action politique qu’il mène. C’est en cela que l’on s’interroge encore pour savoir en quoi tient donc cette alliance contre-nature entre le Président Touadera et ce Monsieur ? Même si la question reste sans réponse jusque-là, le moins que l’on puisse dire est qu’en cette période charnière de tournant décisif pour aller aux élections et celui de lutte contre la pandémie de COVID-19, le Président de la République a besoin d’hommes crédibles autour de lui pour rassurer la population. Les personnalités à moralité douteuse comme Adraman Baron dans son sillage risqueraient bien fort d’être l’épine dans son soulier.

Interrogé par CNC, un conseiller du chef de l’État indique que monsieur Adraman Baron n’est pas un ministre-conseiller du Président de la République, mais plutôt un agent de renseignement de ce dernier. Seulement quant il s’agit de crédibiliser ses actes d’escroquerie auprès de ses potentielles victimes, il s’arroge impunément le titre du ministre conseiller du chef de l’État afin de les mettre dans leur zone de confort.

D’après la même source, monsieur Adraman Baron n’est pas le seul. Ils sont nombreux, très nombreux à faire ce genre de chose.

 

A suivre…

 

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher