Centrafrique: Lettre Ouverte à son Excellence

Publié le 30 avril 2016 , 7:39
Mis à jour le: 30 avril 2016 7:43

(Corbeau News Centrafrique)

touad1

Lettre Ouverte à son Excellence

 

Bangui, (G.P.P), 04-30-2016

– Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées,
– Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
– Monsieur le Ministre de la Défense Nationale, de l’intégrité territoriale de notre nation.

D’emblée, que l’Eternel soit à jamais exalté, pour sa Bonté incommensurable manifestée sur votre vie et la mienne.
Que le Seigneur vous accorde la sagesse, la disposition d’écouter et d’une bonne attention envers le peuple que lui Dieu vous a confié le bâton de commander , depuis votre accession à la magistrature suprême de l’Etat et cela a été confirmée par votre engagement à être, ce père disposé à compatir aux maux du peuple centrafricain, lors de votre premier discours historique à la nation pendant la cérémonie de votre investiture le 30/Mars/2016 devant Dieu, le peuple et d’autres nations invités à cette circonstance.
Dans une attitude de révérence devant votre excellence suprême et avant tout propos qui devra s’en suivre ; Très humblement, et avec votre permission, je vais me présenter.
Je suis votre modeste serviteur, le Sous-lieutenant (S/Lt.) GODONGAI Paulin Prosper, Matricule : 2000-1-1007, présentement élément dans la situation de prise d’armes (SPA) de l’Armée de l’Air (AA), totalisant seize années et quelques mois de services ; père d’une famille de trois enfants plus un petit fils (2 filles et 1 Garçon / 1petit fils) ;
En mission et stage d’études universitaires au Maroc depuis Juillet 2012 ; dans le domaine de management du système de la gestion des ressources humaines et d’informatique, actuellement deuxième année master (M.2).

Digne, de faire partie des filles et fils de la patrie qui ont eu l’autorisation de notre Etat d’aller poursuivre mes études à l’étranger en particulier au Maroc et au milieu d’une diversité des nations, des cultures et des différents modes de vie interprofessionnelle ;
Reconnaissant, les efforts que notre gouvernement ne cesse de consentir pendant ces dernières décennies pour encourager, former et préparer des jeunes cadres compétents pour contribuer au développement de notre pays la Centrafrique au travers des domaines des formations afin qu’ils puissent s’intégrer aussi dans le concert des nations et en utilisant des outils techniques qui permettront au développement dans les domaines de notre pays.
Saluant aussi, la prompte réaction de l’hiérarchie de notre armée, qui n’a pas hésité de rester à la marge de ce grand défis du 21eme siècle ; dont la majorité des armées du monde ont pris l’avance ; comme confirmait une pensée contemporaine : ### On ne conduit le peuple, qu’en lui montrant un avenir, et un chef c’est un fournisseur d’espérance ### ;
C’est ainsi que, notre armée a procédé aussitôt à des modes de structuration suite aux états généraux de défense qui a eu lieu dans les années 1997, en envoyant autant de ces éléments dans des écoles de formation mixte tant civil et militaire un peu partout dans le monde, afin de permettre à notre armée d’avoir sous ses mains des femmes et des hommes compétents prêts à servir la patrie et à relever le défis du 21eme siècle de même que les autres armées du monde, qualifiée des armées modernes.

Excellence, avec votre consentement, je voudrai m’entretenir avec vous à propos d’un cas très délicat qui concerne la vie socioprofessionnelle de notre armée (FACA) ainsi que les conditions de vie que vivent les éléments de cette armée en stage tant au niveau national qu’international.
Mais ; La question est de savoir avant tout: Est-ce, votre excellence qui ordonne et signe certaines décisions successives portant les pertes de droits des stagiaires étudiant dans les universités privées et publiques, mettant en péril la vie des filles et fils de la patrie envoyé à l’étranger pour des formations ?
Par ce bref rappel, sur la vision prouesse de notre Etat et de notre force de défense qui octroient des moyens pour la formation de nos jeunes cadres intellectuels de demain, ajoutant à cela ce que disait un ancien feu chef d’Etat : ### Ce qu’il faut pour la paix, c’est la compréhension des peuples. Les régimes, nous savons ce que c’est : sont des choses qui passent. Mais les peuples ne passent pas ###, c.-à-d. Que le bon projet d’exploit que notre Etat s’évertue de mettre à la disposition du peuple ne parviendrait jamais à sa fin satisfaisante aux ayant droits ; la cause c’est le manque du sérieux dans la gestion rationnelle et suivi par certains agents de l’Etat pour que chaque bénéficiaire qui est le peuple de toute couche confondue puisse en approprier ; afin que l’identité du pouvoir de l’Etat ne soit pas remit en cause, et c’est dommage que cette gabegie narcissique a gagnée nos administrations civile et militaire aujourd’hui.

Excellence, à l’heure actuelle, c’est très important que votre excellence suprême soit explicitement informée sur ces salles pratiques néfastes antipatriotiques et anti- professionnelles qui a prit sa source bien avant lointaine dans les rangs de notre armée au niveau de la capitale et sur tous les sites dites région militaire à l’intérieur de notre pays et cela a débordé autant des frontières pour atteindre sous forme d’harcèlement envers la personnalité des filles et fils de la patrie gendarmes et militaires stagiaires à l’étranger particulièrement nous qui étudions actuellement au Maroc ;
Excellence, il y a de cela quelques années pour quelques uns et quelques mois pour d’autres stagiaires gendarmes et militaires au Maroc, nous avons perdus nos Indemnités de Dépaysement compensatrices qui nous permettaient de faire face à nos charges mensuelles et quotidiennes dans ce pays où l’argent ne sort pas mais qui a une entrée unique à savoir :
– Les retards des frais mensuels de nos cours, parce que nos formations sont privées et dont les paiements reviennent sur nos propres charges mensuelles grâce à l’appui du gouvernement qui nous octroie les indemnités sur nos soldes pour gérer une telle situation en dehors de la patrie,
– les retards des frais de nos examens, des soutenances de nos mémoires de fin de formations,
– les retards de nos loyers et de nos besoins de premiers nécessités journaliers voir : le manger, se vêtir, se soigner, se documenter et le transport pour nos déplacements,
– les frais de retrait de nos diplômes ;
– le retard sur la constitution des dossiers de renouvellement de nos cartes de séjours, par ce manque d’argent pour le faire nous rend dans une situation d’irrégularité vis-à-vis des autorités Marocaine etc.

Vu l’absence de ces indemnités compensatrices qui devraient couvrir l’ensemble de cette charge énumérer ci-haut, et faut-il signaler à votre excellence, que nous les stagiaires gendarmes et militaires centrafricains en formation privée ne sont pas boursiers pour le compte de l’état marocain ni des bourses de coopération dont les institutions sont surplaces au Maroc ; faille-t-il rappeler encore que nous dépendions totalement de l’Etat centrafricain ;
C’est pourquoi à cause de cette perte abusive de nos indemnités, sans aucune notification au préalable du haut commandement de notre armée pour porter à notre connaissance et de nous demander de savoir à quel niveau d’étude se trouve chaque stagiaire, d’informer le chef de mission qui est surplace avec nous, le nommer Attaché de Défense à l’ambassade de notre pays auprès du royaume du Maroc et d’en informer notre Ministère et Etat Major ;
Du jamais, ce n’est que de surprise en surprise que nous ne cessions de découvrir lors de certaine vérification sur nos comptes bancaires pendant le virement mensuel des salaires des fonctionnaires que le gouvernement ne cesse de procéder;
Chose marrante, quand nous appelons le gestionnaire des gendarmes et militaires en stage à l’étranger au niveau du service de solde de la direction générale de l’intendance de l’armée nationale (DGIAN) du ministère de la défense, ce dernier nous fait savoir souvent que notre situation n’est pas à son niveau, de fois on nous dit que c’est un petit groupe des personnels militaires du service de solde y compris celui du troisième bureau d’instruction et de stages de l’Etat Major (3.BIS/EMA), qui maitrisent bien nos dossiers;
Et, quand on se battait pour avoir un peu de solde (appels téléphoniques) pour les joindre, on nous faisait savoir toujours que : le cas de celui-ci est complexe mais le cas de celui-là est traitable moyennant un pot-de-vin selon la grade et la somme d’indemnités que perçoive le stagiaire.
Pour le faire, quelques personnels de ces services soient au Ministère et à l’Etat Major, ne cessent de nous appeler aux téléphones pour nous proposer de jouer à leur jeu de corruption qui est indispensable d’après leur dire : C’est eux seuls qui pourraient décanter nos situations, c.-à-d, il n y a qu’eux qui pourront nous rétablir nos indemnités coupées si nous coopérons à leur marchandage qui fixe la règle comme suit :
– les stagiaires hommes du rang (Soldats jusqu’aux Caporaux Chefs) qui ont été coupés de leur indemnités doivent leur donner de 50.000 frs à 100.000 frs Cfa pour être rétablis ;
– les stagiaires Sous-officiers (de Sergents jusqu’aux Adjudants Chefs) doivent leur donner de 100.000 frs à 150.000 frs Cfa pour que leurs indemnités soient rétablis ;
– les stagiaires Officiers (de Sous-lieutenant en allant) doivent leur filer de 150.000 frs à 250.000 frs Cfa pour qu’ils soient aussi rétablis de leurs indemnités perdues.
Et tout ceci est charpenté par des appels d’intimidations pour nous inciter à accepter leur néfaste pratique, promettant que si nous nous n’acceptions pas leur compromission :
 Nos dossiers ne seront pas traiter pour nous rétablir,
 Ils vont procéder à notre mise de position de désertion et par la suite notre radiation,
 Par cet acte antipatriotique et anti -professionnel, nos détracteurs (je crois bien c’est l’adjectif bien définit pour qualifier leur mauvaise posture à servir l’Etat et leurs compatriotes), ils oublient que ce n’est pas à notre vie seule qu’ils mettaient en péril ainsi ; Mais, c’est au grand ensemble de vie des familles et de foyers composer des enfants, des parents âgés, veufs/veuves et des enfants orphelins que certains stagiaires ont accepté d’adopter dans leur famille qui sont derrière nous au pays.

Excellence, par cette pratique narcissique de certaines personnelles indélicatesses, c’est l’image ou l’identité de notre armée dont la suprématie et l’exemplarité reposent sur votre autorité suprême ; dont notre loi constitutionnelle de 2015 à bien définit dans le titre3, concernant le président de la république, en son article 22, alinéas:
– Il a autorité sur toutes les administrations et veille à leur neutralité,
– Il nomme aux fonctions civiles et militaires à l’exception de celles pour lesquelles la loi dispose autrement.
Malgré la déontologie notre armée ; qui règle son bon fonctionnement contenu dans sa première manœuvre qui est la discipline ; cette notion de base risque d’être remis en cause ; Mais ; Je fais confiance totale à cette Bonne Nouvelle étant comme une bonne leçon de morale que le Seigneur nous enseigne dans son Evangile qui dit : ### Ne vous trompez pas ; On ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un Homme aura semé, Il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; Mais, Celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle ###.
Alors ; Est-ce, possible que nous stagiaires gendarmes et militaires représentant notre nation centrafricaine parmi tant d’autres nations, puissions mener à chaque fois une vie misérable, des quémandeurs d’aides reconnus auprès des Caritas, des églises et des ONG et OING de bonne volonté qui œuvrent surplace au Maroc ? Toujours nous sommes derniers à régler nos charges mensuelles, toujours à demander pardon pour les retards des loyers, est-ce normal, qu’un fonctionnaire de l’Etat centrafricain comme nous à l’étranger devrait mener une vie de crédit à crédit auprès des épiciers pour subvenir à nos besoins quotidiens ? Que dit Dans le titre1, sur les bases fondamentales de notre société, citer en son article sept ? :
Art.7, au premier point qui dit : « Chaque citoyen centrafricain a le droit d’accéder aux sources du savoir. L’Etat garantit à tout citoyen l’accès à l’instruction, à la culture et à la formation professionnelle ».
Franchement, Excellence, monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef suprême des Armées, monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, monsieur le Ministre de la Défense Nationale de l’intégrité territoriale de notre nation ;
Aujourd’hui, depuis 12 mois ou plus de mois pour les uns, 5 mois ou plus pour les autres, qui sont victimes de pertes des indemnités compensatrices malgré nos séjours d’études en validité au Maroc; nous nous sommes retrouvés dans des conditions de vie très précaires ; si bien que certains sont obligés de céder leurs papiers professionnels en gages pour rassurer leurs créditeurs, d’autres ne font que fuir leur loyer à cause de menaces des bailleurs et des appels des écoles pour le règlement des arriérés mensuels des frais non payer.
Dans cette condition de vie estudiantine critique que nous nous sommes retrouvés ;
Excellence Monsieur le Président de la République Chef Suprême des Armées ; Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement ; Monsieur le Ministre de la Défense Nationale de l’intégrité territoriale de notre nation ;
Devant Dieu ; et devant tout homme intègre qui connaissent la vérité et le sens de l’humanisme ; vu ce moment de calvaire que nous traversions depuis des dizaines de mois ;
Nous vous prenons comme témoins de notre difficulté actuelle que nous ont imposée de leur bon gré ; certains agents de l’Etat au niveau des services du ministère de la défense nationale et de l’Etat major de notre armée qui sont de même nos propres prochains ; et à cause de cette gestion égocentrique des biens et services que l’Etat les a confié pour les mettre à la disposition de chaque bénéficiaire, autant des fonctionnaires filles et fils de la nation galèrent sérieusement.

Excellence ; dans cette situation qui nous ont imposé ceux derniers ; nous pouvons bien la transformer en une autre forme de manifestation pour ternir en plus l’emblème de la nation depuis notre position à l’étranger;
Mais, nous avons tous en unanimité eu une seule pensée et un seul souci qui est de préserver l’honneur et la dignité de la patrie en acceptant dans le silence cette pratique narcissique anti professionnel et de chercher hiérarchiquement et pacifiquement par tous les procédés et voies pour que nos droits soient rétablis conformément à notre différent statut des stagiaires en instant d’études à l’étranger particulièrement au Maroc ; pour les uns qui sont à la fin de leurs études et les autres qui continuaient encore, comme préciser :
– Art.3, de l’Arrêté Portant Mise en Route des Stagiaires Gendarmes et Militaires et Attribution des Indemnités de Dépaysement et Compensatrice

Excellence ; vous avez droit de savoir certaines vérités les conditions de vie que nous les stagiaires gendarmes et militaires en études au Maroc et sur certaines pratiques anti professionnelles qui se passent dans les coulisses des services de notre armée ; celles-ci sont que des pratiques nuisibles compromettant l’avenir de cette armée et de ces braves éléments pleins d’avenir pour cette nation ; on évoque:
– L’absence d’un suivi administratif assidu des stagiaires dans les études universitaires a l’étranger par les services concernés tels que : Direction générale de la GRH, du 3eme BIS de l’Etat Major et de la direction du Budget de l’intendance ;
– L’insubordination de la pratique nuisible de compromission ; aujourd’hui autant des jeunes cadres diplômés disant nos frères d’armes qui étaient formés dans toutes disciplines se sont dispersés dans la diaspora ; parce que leurs droits ont été bafoués ;
– Le manque d’envoi des billets d’avion de retour à temps précis selon les demandes des stagiaires par la direction générale du budget de l’armée ; marque aussi l’un des problèmes causer dans les études des stagiaires gendarmes et militaires à l’étranger et qui ont cause leur dispersion dans la diaspora etc.
A cet effet nous sollicitions humblement votre excellence de procéder à l’examen de notre situation de vie actuelle auprès du bureau de l’Attaché de Défense dans l’ambassade de la Centrafrique rattacher auprès du royaume du Maroc ; des services de solde ; de la direction du budget et du 3ème bureau d’instructions et des stages de l’état major ; pour que vous cerniez comment nous stagiaires centrafricains gendarmes et militaires filles et fils de la patrie envoyer par l’Etat pour étudier au Maroc ; victimes des pratique aberrantes de gestion des biens et services de l’Etat par un groupe microscopique de certains personnels militaires malintentionnés de notre armée ; raison pour laquelle, nous qualifions tous ces actes abusifs d’anti constitutionnelle et contraire à tous les principes disciplinaires de notre armée préciser dans la 4ème catégorie de discipline comme Manquement aux règles d’exécution du service ; no 4. 55 dont le motif c’est: « « « Travail mal exécuté volontairement ou sans raison suffisante » » ».

A l’heure actuelle ; la solution immédiate et impérative que nous proposions à votre excellence dans notre cas présent pour nous permettre de remédier aux arriérés de nos charges mensuelles en attendant nos billets de retour au pays, c’est:
1- Le rétablissement de nos indemnités de dépaysement compensatrices conformément à nos différents grades ;
2- Le versement des arriérés de nos indemnités de dépaysement compensatrices perdues qui nous permettrons de régler les retards de nos charges mensuelles déjà consommer avant de quitter le Maroc voir : les écoles – les loyers et nos diplômes etc.
3- Que l’Etat nous envoie nos billets d’avion de retour pour les stagiaires finalistes afin que nous rentrions au pays et de le servir pour ne pas qu’il ne soit pas une perte sur l’Etat.
Excellence ; en ayant la conviction sur la déclaration de votre profession de foi qui est votre disposition à écouter et de servir le peuple ; que nous profitions de formuler toutes ces requêtes.

Excellence monsieur le président de la république chef de l’Etat chef suprême des armées ; monsieur le premier ministre chef du gouvernement ; monsieur le ministre de la défense nationale de l’intégrité territoriale de notre nation ;
C’est avec le cœur offensé que nous vous faisions parvenir cette lettre ouverte pour vous mettre au bain de cette injustice que nous subissions depuis autant des mois par nos soient disant services de soldes et 3ème bureau de l’Etat major de notre armée avec les personnels insoucieux au sort de leurs semblables;
Mais ; cette lettre est comme l’attitude d’un enfant qui après avoir été poursuivi par un malfrat et qui se mette à courir vers son papa ou sa maman pour se jeter dans leurs bras afin d’avoir la protection ou du secours d’affection parentale.
.
Excellence ; dans l’attente de votre sage et prompte autorisation et décision pour dénouer notre situation ; avec humilité et patience ; nous vous demandons de considérer nos vives attitudes sincères des filles et fils patriotes ; contenues dans cette lettre de cris comme l’histoire des enfants de Dieu hier dans le désert du Mont Horeb.
Que le Bon Dieu de Justice vous comble de tout ce dont vous avez besoin pour bien gérer ce peuple à l’exemple de son serviteur le roi Salomon qui lui a demandé que la sagesse.

QUE DIEU VOUS BENISSE ET VOUS FORTIFIE A JAMAIS EXCELLENCE
SHALOM !

Fait à Casablanca le 30/04/2016

Dieu – Patrie – Roi

GODONGAI- Paulin Prosper

Gsm: (+212) 680067511
E-mail : ppgodongai@ymail.com

Aucun article à afficher