Centrafrique : le MPC, un mouvement politico-militaire en voie de disparition, tente de se réorganiser

Publié le 24 novembre 2022 , 7:14
Mis à jour le: 24 novembre 2022 5:20

 

Bangui (République centrafricaine) – Depuis la contre-offensive de l’armée nationale, appuyée par ses alliés rwandais et russes en janvier 2021 contre les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), le mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), l’un des six principaux groupes armés signataires de la déclaration de Kamba-Kota en décembre 2020, est sur la voie de disparition. Mais la surprise est que la semaine dernière, selon son Président, l’autoproclamé Mahamat Alkhatim procède à des nominations au sein dudit mouvement. Est-ce le retour du MPC sur le champ de bataille ?

les rebelles du mouvement patriotique pour la Centrafrique de Mahamat AlKhatim
les rebelles du mouvement patriotique pour la Centrafrique de Mahamat AlKhatim. Photo CNC

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mercredi 23 novembre 2022

 

Le MPC, un mouvement politico-militaire en voie de disparition

 

Anciennement basé à Kaga-Bandoro, Mbrés, Batangafo,  Sido, Cabo, etc., le mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), créé par un ex-caporal-chef d’origine tchadienne de la garde présidentielle de Bozizé, n’a plus aucun combattant sur le territoire centrafricain.  Ceux qui sont encore présents en RCA se sont convertis aux coupeurs de route ou aux artisans miniers. Son Président, l’autoproclamé général Mahamat Alkhatim, retourne au Tchad et réside non loin de la frontière avec la RCA. Pourtant, l’homme conserve toujours sa place au sein de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), dirigée par l’ancien Président François Bozizé. C’est d’ailleurs l’unique groupe armé du CPC qui n’existe réellement que par son nom.

« Le MPC est formé en majorité des Arabes tchadiens. Ce sont des commerçants. Ses combattants excellent dans des braquages, des violences sur les civils, etc.. Son absence sur le territoire centrafricain est un soulagement pour les Centrafricains », estime un gendarme en poste à Kaga-Bandoro interrogé par CNC.

Il y’a lieu de rappeler qu’en 2020,  le camion de l’opposant Martin Ziguélé et le pick-up de maître Nicolas Tiangaye avaient été braqués par les rebelles du mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC). Malgré la médiation, les deux hommes politiques centrafricains ont définitivement perdu leurs véhicules jusqu’à ce jour.

À lire aussi : la ville de Kaga-Bandoro reprise par l’armée nationale et ses alliés

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher