Centrafrique : le ministre Dondra lance le contrôle de fichier de la masse salariale des FACA et Gendarmes.

Publié le 10 mai 2017 , 6:38
Mis à jour le: 10 mai 2017 6:40

Centrafrique : le ministre Dondra lance le contrôle de fichier de la masse salariale des FACA et Gendarmes.

 

 Les soldats de la force armée Centrafricaine

 

Bangui 11 mai 2017, CNC.

Par Eric NGABA

Pour faire le suivi régulier de la gestion du personnel de l’Etat notamment le personnel militaire, le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra a lancé, 09 mai 2017 à son cabinet, le contrôle physique des éléments de défense et de sécurité. L’objectif est de rendre fiable le fichier de la solde des éléments des forces de défense et de sécurité. Une mission composée d’une équipe de coordination, d’une équipe de supervision et de dix équipes de contrôle est mise en place à cet effet.

La gestion du personnel de l’Etat reste une préoccupation majeure pour le gouvernement centrafricain. Le gouvernement à travers le ministre des finances et du budget, s’engage à faire le suivi régulier des évolutions en masse des effectifs et la disponibilité des moyens pour stabiliser et maitriser les effets sur le plan administratif, financier et social. Car le mouvement du personnel qui s’explique par le départ en retraite, le départ définitif, les remplacements et des nominations à des postes de responsabilités, les suspensions temporaires et les abandons de poste, impacte le fichier de solde du personnel civil et militaire de l’Etat.

« Les faits qui remettent en cause la fiabilité de la masse salariale payée aux éléments des forces de défense et de sécurité, m’ont amené à solliciter et obtenir l’accord du Conseil des ministres pour le contrôle des effectifs et de solde des militaires et gendarmes encore en activité aux fins d’avoir une bonne maîtrise de la masse salariale de cette catégorie du personnel. C’est la raison de cette mission pour nous mettre résolument au travail afin de corriger ces écarts dans le but de fiabiliser le fichier de la solde et de payer réellement ce qui est à la charge de l’Etat », a lancé le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra à l’ouverture.

D’après le constat du ministère des finances et du budget, sur un effectif total des fonctionnaires et agents de l’Etat identifiés dans le fichier solde du mois d’avril 2017, l’effectif des éléments des forces de défense et de sécurité est de 10455 sur 28 384, soit 37% pour un montant global de salaires bruts de 1.260.033.617 FCFA sur 4.773.679.655 FCFA, soit 26% de la masse salariale mensuelle.

A risque de laisser cette situation s’aggraver avec des conséquences dommageables sur les finances publiques, le département des finances a décidé de procéder à un contrôle physique rapide de tous les éléments des forces de défense et de sécurité qui sont les FACA, les gendarmes et les policiers. Cette démarche vise à établir des chiffres fiables grâce à la maitrise de l’effectif des militaires et gendarmes.

Le résultat de ce contrôle va donner l’occasion au gouvernement de mettre à jour le fichier servant de paiement de la solde des éléments des forces de défense et de sécurité, de faire un rapprochement entre le fichier solde et la base biométrique des éléments des forces de défense et de sécurité déjà recensés, d’identifier les militaires et gendarmes ayant atteint l’âge de départ à la retraite, d’identifier les retraités réhabilités et ayant déjà bénéficié de l’appui budgétaire de la coopération française de 2008 en ce qui concerne le paiement des salaires gelés. Ce résultat va permettre enfin de reconnaitre la position réelle des militaires et gendarmes en stage et dans les missions diplomatiques de la RCA à l’étranger.

« J’ose espérer que le patriotisme, l’abnégation au travail, le sens de l’intérêt général et du partage de ce qui est bien pour tous, vous guidera dans ces opérations aux enjeux majeurs pour notre pays. Aussi, ne perdons pas de vue les attentes des citoyens devant lesquels nous sommes redevables et le signal fort de notre volonté à assainir les finances publiques », a déclaré le ministre des finances et du budget.

Car, un constat révèle que plus de 1000 éléments FACA fantômes émargent illégalement sur le budget de l’Etat centrafricain. La réussite de cette mission va participer à la lourde tache de construction de la République Centrafricaine tel qu’énoncé dans le plan national de relèvement et de la consolidation de la paix dans le pays.

Aucun article à afficher