Centrafrique: Démantèlement d’un réseau ultra dangereux à Gobongo par des forces de l’ordre.

Publié le 22 juillet 2016 , 7:12
Mis à jour le: 22 juillet 2016 7:12

(Corbeau News Centrafrique)

2048x1536-fit_files-a-file-photo-taken-on-december-9-2014-shows-un-peacekeeping-soldiers-from-rwanda-patrolling-in-702x336

Centrafrique: Démantèlement d’un réseau ultra dangereux à Gobongo

par des forces de l’ordre.

 

 
Bangui, le 22 juillet 2016. 12:38′.

Par: Gisele MOLOMA.

Bravo! Bravo! C’est par ce mot de soulagement et d’encouragement que les habitants du quartier Gobongo dans le 4e arrondissement de Bangui ont applaudi les Forces de l’Ordre et de Sécurité la semaine dernière quand. Ils ont démantelé un réseau des trafiquants et bandits de tous genres installés dans ce secteur depuis plus de 30 ans. Plusieurs produits illicites ont été saisis et une dizaine de ces malfrats sont arrêtés.

Situé au Nord de Bangui dans le 4e arrondissement, le quartier de Gobongo figure parmi les quartiers les plus dangereux de Bangui selon les indices sécuritaires du système des Nations-Unies en Centrafrique. Redouté plus dangereux que le quartier Boy-Rabe de Bangui, Gobongo n’attire plus des nouveaux habitants qui, par peur, progressent vers Pk10, Pk12 ou plus loin. À la tombée du soleil, il faut avoir du courage, surtout pour les visiteurs, de rester dans cette zone de non droit jusqu’à 21h afin d’éviter les mauvaises surprises opérées par des Bandits qui se croyaient être intouchables.

Ainsi, plusieurs zones de non droit ont été érigées par les trafiquants de drogues, les proxénètes qui font office des gynécologues et autres bandits ultra dangereux. C’est à ce titre que plusieurs Policiers et Gendarmes étaient descendus dans ce quartier la semaine dernière pour procéder au démantèlement de l’une des bases de ces trafiquants qui se trouve juste derrière le marché Gobongo. Dans leurs perquisitions, les Gendarmes auraient saisi plusieurs kilos de drogues dures, des matériels de confection et d’emballage de ces drogues sans oublier l’arrestation d’une dizaine des personnes liées à ce trafic dont le chef présumé.

Il faut noter aussi que selon des informations recueillies sur place, la base qui avait été démantelée abritait une clinique privée clandestine qui faisait des avortements régulièrement sans que beaucoup des voisins le sachent, une cellule chargée d’acheter et de vendre des drogues dures et une petite prison souvent utilisée pour incarcérer non seulement les membres récalcitrants du groupe mais aussi et surtout toutes tierces personnes qui seraient traduites devant leur juridiction. Elle servait aussi un lieu de détention provisoire de toutes personnes arrêtées lors de leur contrôle de routine.

A l’annonce du démantèlement de ce réseau, les habitants du secteur n’ont pas manqué de d’afficher leur soulagent car c’est depuis plus de 30 ans que cela existe. Le problème maintenant est de savoir si cette base sera reconstituée une fois que les personnes arrêtées sortiront de prison?

Rappelons que c’est à Gobongo qu’un véhicule de l’armée tchadienne a été visé par une roquette en 2014 faisant plusieurs morts dont un Officier supérieur de l’armée tchadienne, et c’est aussi à Gobongo qu’un Soldat de la MINUSCA a été abattu en 2014 et des camions ont été pillés lors des convois en partance ou en provenance de l’arrière-pays. Les ex-Anti-Balaka utilisaient cette même base en 2013-2014 pour installer leur Marabout féticheur qui percevait une somme de 5.000 francs CFA pour chaque gri-gris confectionné et placé sans essai.

Copyright CNC.

Aucun article à afficher