Autotrahison, le pouvoir de Bangui pris au piège dans son propre mensonge

Publié le 14 décembre 2021 , 7:30
Mis à jour le: 14 décembre 2021 7:28

 

Bangui, 15 décembre 2021  (Corbeaunews – Centrafrique ) – Depuis qu’existe la parole, plus précisément le langage, le mensonge a fait son apparition. Il a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques  en République centrafricaine. Avec le pouvoir actuel, la vérité n’a pas sa place. Chaque discours est un tissu de mensonges. C’est le cas de l’interview du Président de la République Faustin Archange Touadera au magazine panafricain jeune Afrique, mais aussi celle de la ministre centrafricaine des Affaires étrangères Sylvie Baïpou Temon à la télévision française TV5 qui ont nié en bloc la présence de la société russe de mercenariat Wagner en RCA. Mais comme par ignorance, ils viennent d’être pris au piège par leur propre mensonge.

Fidèle Gouandjika ministre conseiller spécial du chef de l'État porte son T-shirt "je suis Wagner".
Fidèle Gouandjika ministre conseiller spécial du chef de l’État porte son T-shirt « je suis Wagner ».

 

Comme disait l’ancien Président centrafricain Ange Félix Patassé, « le mensonge prend les ascenseurs, et la vérité les escaliers ».Pour les autorités actuelles, le mensonge est un béton qui permet à leur pouvoir de ne pas s’effondrer. Cela fait mal quand les Centrafricains découvrent la vérité. Et justement c’est le cas actuel avec l’histoire de la société de mercenariat Wagner. L’Union européenne, lors de la réunion de ses  ministres  des affaires étrangères à Bruxelles, a adopté, lundi, une série de sanctions pour répondre aux actions de déstabilisation menée en Europe et en Afrique par la société de mercenariat Wagner. Mais ce qui est plus étonnant dans cette histoire, la présidence de la République, qui a pourtant nié en bloc la présence de Wagner en Centrafrique, quelques heures après l’adoption de ces sanctions contre Wagner par l’Union européenne, se permet de la fustiger.

« Nous considérons que cette campagne de l’UE est injuste et qu’elle vise à « dénigrer tout le travail des alliés russes pour ramener la paix et la sécurité en Centrafrique », a martelé Monsieur  Mokpeme, porte-parole de la présidence  lors d’une interview accordée au média chinois Xinhua.

Or, quelques mois plutôt, Monsieur Mokpeme, tout comme son chef Touadera, disaient à haute voix que ces mercenaires de Wagner étaient des instructeurs de l’armée russe venus en RCA pour former les forces de défense et de sécurité intérieures centrafricaines. Pourtant, cette série de sanction européenne ne vise seulement que la société Wagner et non l’armée russe. On ne sait pourquoi le pouvoir de Bangui s’en gène autant s’il travaille effectivement avec l’État russes.

« C’est grâce à la formation des Russes que nous avons aujourd’hui des soldats aguerris », a ajouté Monsieur Mokpeme Yaloké. Là encore c’est un pire tissu de mensonges.

Rappelons que le mensonge permet certainement d’esquiver la vérité à court terme, mais il entraîne aussi de fâcheuses conséquences quand la vérité le rattrape.

 

Aucun article à afficher