Au moins 59 morts ce mercredi dans un  affrontement entre MLCJ et FPRC proches de

Publié le 18 décembre 2019 , 8:53
Mis à jour le: 18 décembre 2019 8:53
route dégradée mbaïki boda dans la lobaye
Des combattants rebelles de l’ex-coalition Seleka. CopyrightDR

 

Au moins 59 morts ce mercredi dans un  affrontement entre MLCJ et FPRC proches de Birao.

 

Birao (République centrafricaine) – Au moins 59 personnes ont été tuées et près de 12 autres blessées dans des affrontements entrent FPRC et MLCJ  ce mercredi 18 décembre au village Bihera, situé à 12 kilomètres de Birao, dans la préfecture de la Vakaga, au cours desquels des armes lourdes et légères ont été utilisées par les belligérants.

 

En effet, les renforts du MLCJ, qui ont quitté Birao vers midi pour la ville d’amirale Amdafock, théâtre d’affrontements entre les deux groupes rivaux depuis dimanche après-midi, sont tombés dans un guet-apens, dressé par  des combattants rebelles du FPRC au village Bihera, situé à 12 kilomètres de Birao.

L’accrochage, qui a duré plus de quatre heures, a été très violent.  Au moins 57 combattants rebelles tués, principalement ceux du MLCJ qui ont dû abandonner leurs véhicules de combat, ainsi que leurs armes avant de s’enfuir dans la brousse pour revenir à Birao vers 18 heures. Malheureusement parmi eux, deux ont été retrouvés morts, probablement de leur blessure, juste à l’entrée de la ville. Ce qui a porté le nombre des victimes à 59 morts ce mercredi.

Comme si cela ne suffisait pas, vers 20 heures, trois véhicules de combats du MLCJ, lourdement armés, ont quitté Birao, destination inconnue, probablement sur le théâtre d’opérations.

Il y’a lieu de rappeler que depuis dimanche 14 heures, les rebelles du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC)  ont attaqué les positions du mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) dans la ville d’Amdafock, à la frontière avec la République islamique du Soudan. Cependant, plusieurs sources indiquent que depuis le début des combats, au moins une centaine des combattants ont été déjà tués.

À Bangui, le gouvernement, préoccupé par le retour de Bozizé au pays,  n’a pas encore réagi.

La Minusca, qui a réagi sur son compte Twitter, dit suivre de près l’évolution de la situation à Birao et Amdafock.

 

Moïse Banafio

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher