Anicet Georges Dologuelé: « intégrer les chefs des groupes armés dans le gouvernement c’est la pire des solutions »

Publié le 23 février 2023 , 6:50
Mis à jour le: 23 février 2023 11:25

 

 

Bangui, République centrafricainePour l’opposant et Président de l’union pour le renouveau centrafricaine (URCA)., faire la paix n’est pas nécessairement intégré les chefs des groupes armés dans le gouvernement. Ce n’est pas une revendication politique. Pour lui, intégrer les rebelles dans le gouvernement c’est la pire des solutions disponibles. « Cela ne va d’ailleurs pas changer la situation ».  

L’ancien Premier ministre Anicet Georges Dologuélé, opposant déclaré au Président Touadera. Photo archive.

 

Rédigé par Anselme Mbata

Publié par Corbeaunews-Centrafrique (CNC), le vendredi 24 février 2023

 

« Intégrer les chefs des groupes armés dans le gouvernement c’est la pire des solutions »

 

La résurgence des violences armées  dans plusieurs localités du pays, favorisée par la période de la saison sèche en cours  inquiète sérieusement les Centrafricains du moment où il n’y a aucune volonté de dialogue entre les deux parties, c’est-à-dire le gouvernement et les groupes armés.

Pour le gouvernement, l’accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA, signé en février 2019 à Khartoum au Soudan, est l’unique feuille de route pouvant ramener la paix en RCA. C’est d’ailleurs sur cette base que certains chefs des groupes armés ont été intégrés dans le gouvernement d’ouverture. Mais pour ces derniers, cet accord de paix de Khartoum est caduc  suite à la mauvaise volonté du gouvernement d’appliquer ses recommandations.

 

Face à cela, comment faire?

 

Pour l’opposant Anicet Georges Dologuélé, l’accord de Khartoum n’avait pas été bien négocié et qu’il fallait le reprendre à zéro. Intégrer les chefs des groupes armés dans le gouvernement n’est pas la solution. C’est d’ailleurs la plus pire des solutions.

« Tant que le gouvernement est dans une logique d’affrontement et qu’aucune ouverture de l’air n’est laissée, on aboutit à la situation que nous vivons aujourd’hui au détriment des populations et de nos pauvres forces armées qui vont au combat sans aucun moyen et pratiquement de la faim dans le ventre », affirme l’opposant Dologuélé qui estime  que le gouvernement doit réfléchir au quotidien.

« Il n’y a jamais une seule solution pour résoudre le problème. On tente une solution. Quand ça ne marche pas, on tente une autre. Mais tout ça, c’est en accord avec les forces vives de la nation et avec ces groupes armés », ajoute l’opposant Dologuélé qui regrette que le gouvernement, de son côté, affirme tout savoir.

« Il ne supporte aucune critique. Tous ceux qui critiquent sont des ennemis de la nation. Il faut les embastiller et les tuer, etc. », regrette l’homme politique.

 

 

Corbeaunews Centrafriquev

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher