SEPT ANS APRES SON LANCEMENT, LE FONDS BÊKOU DE L’UNION EUROPEENNE TIRE LES LEÇONS

Publié le 27 novembre 2021 , 12:20
Mis à jour le: 27 novembre 2021 12:20
De gauche à droite Jacqueline Mardozein, représentante du ministre de l'économie , Douglas Darius Carpenter , ambassadeur de l'UE en Centrafrique et Enrique De Loma Ossorio Friend , gestionnaire du Fonds Bêkou
De gauche à droite Jacqueline Mardozein, représentante du ministre de l’économie , Douglas Darius Carpenter , ambassadeur de l’UE en Centrafrique et Enrique
De Loma Ossorio Friend , gestionnaire du Fonds Bêkou. Photo CNC

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

SEPT ANS APRES SON LANCEMENT,

LE FONDS BÊKOU DE L’UNION EUROPEENNE TIRE LES LECONS

 

Bangui, le 24 novembre 2021

 

La représentante du Ministre d’État chargé du Plan, de l’Economie, et de la Coopération internationale, Jacqueline Madozein, Coordinatrice de la cellule d’appui à l’ordonnateur national du FED (CAONF), a procédé mercredi 24 novembre 2021, à l’ouverture de l’atelier de capitalisation sur l’expérience du Fonds Bêkou en République centrafricaine, en présence de l’Ambassadeur de l’Union européenne à Bangui, Douglas Carpenter et du Gestionnaire du Fonds Bêkou, Enrique De Loma Ossorio Friend.

 

Cet atelier a pour objectif de faire le point sur les activités soutenues par le Fonds Bêkou et ses partenaires et de tirer les leçons de ce qu’a été cet outil innovant de l’Union européenne. Il a permis à près de 150 personnes d’échanger sur l’étude de capitalisation qui met en avant le positionnement original du Fonds Bêkou entre l’urgence et le développement en République centrafricaine. L’étude rédigée par l’expert François Grunewald du groupe Urgence – Réhabilitation – Développement (URD), montre que le Fonds Bêkou, s’est avéré un instrument pertinent et efficace grâce à un engagement de plus de 300 millions, depuis sa création en 2014, et mis en œuvre par une trentaine de partenaires qui ont travaillé sur une dizaine de thématiques.

 

Il faut noter que le Fonds a su s’adapter aux changements de situation et inscrire son action dans la durée. Accompagner ce contexte complexe et plein d’incertitudes a demandé une grande flexibilité et des efforts importants pour rendre l’aide plus adaptée aux contextes dits de « nexus humanitaire-développement-paix ».

 

« Le Fonds Bêkou nous a permis de rendre plus concrets les dividendes de la paix auprès de nos populations. Grâce à sa flexibilité, des réponses adaptées sont apportées à nos besoins en droite ligne avec le Plan national de Relèvement et de Consolidation de la Paix 2017-2023 », reconnait pour sa part le ministre Felix Moloua.

 

Dans son intervention, Monsieur Douglas Darius Carpenter a souligné que « le soutien du Fonds Bêkou s’ajoute à celui des autres programmes soutenus par l’Union européenne à travers ses autres instruments. Ses leçons apprises seront indispensables pour nourrir les futures actions qui seront financés à travers le nouvel instrument Global Europe ».

 

Le Gestionnaire du Fonds Enrique De Loma Ossorio Friend concluera qu’ « en permettant l’accès à la santé et à l’eau, en soutenant la relance économique – notamment l’agriculture et les infrastructures de base, en appuyant les initiatives pour la réconciliation et l’intégration des plus vulnérables, le Fonds Bêkou a eu des bénéfices tangibles pour plus de 2 800 000 Centrafricains. Il représente une démonstration de la solidarité européenne qui, en étroit partenariat avec les autorités centrafricaines, aide le pays à surmonter les crises qui affectent si fortement sa population ».

 

L’occasion permet de signaler que le Fonds Bêkou arrive à sa fin et qu’une nouvelle phase de coopération sera définie entre l’Union européenne et la République Centrafricaine.

 

 

Contacts :

 

Enrique DE LOMA OSSORIO FRIEND, Gestionnaire du Fonds Bêkou

Enrique.DE-LOMA-OSSORIO-FRIEND@ec.europa.eu

 

Jeanne Aurélie Sidonie NGO BELNOUN, Chargée de communication à la Délégation de l’Union européenne  

Jeanne-Aurelie-Sidonie.NGO-BELNOUN@eeas.europa.eu

 

MEMO

 

Qu’est-ce que le Fonds Bêkou ?

Le Fonds Bêkou est un fonds multi-bailleur créé par l’Union européenne au lendemain de la crise de 2014. Il compte 5 pays contributeurs en plus de l’Union européenne: l’Allemagne, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse. Depuis 7 ans, ces bailleurs ont investi plus de 300 millions d’euros en République centrafricaine pour permettre de relever et de stabiliser le pays.

 

Le Fonds Bêkou développe des programmes dans trois domaines principaux : (1) l’accès aux services de base tels que la santé et l’eau et assainissement; (2) la relance économique à travers l’appui à l’agriculture familiale, le soutien aux acteurs économiques locaux et la réhabilitation des infrastructures et (3) la réconciliation et la protection des plus vulnérables.

 

Le Fonds Bêkou représente le premier Fonds Fiduciaire « post crise » créé par l’Union européenne et certains États membres pour faire face aux défis de la République centrafricaine à partir de 2014. Depuis lors, plusieurs autres Fonds ont été mis en place par l’Union européenne pour répondre à la crise syrienne, accompagner la paix en Colombie et répondre aux enjeux migratoires en Afrique.

 

Comment les autorités centrafricaines sont-elles impliquées ?

Le gouvernement centrafricain participe au Conseil d’administration qui adopte et oriente la stratégie du Fonds Bêkou et au comité de gestion (COGES) qui valide les actions à financer. Le dernier COGES qui s’est déroulé en octobre 2021 a permis, entre autres, l’apport de 5,3 millions EUR supplémentaires au « programme de relèvement socioéconomique dans la zone sud-est de la RCA (RELSUDE) » et de 950 000 EUR additionnels au « programme d’appui à la réconciliation et la paix en RCA (Réconciliation II) » afin de renforcer l’appui aux radios centrafricaines.

 

Le Fonds Bêkou travaille étroitement avec chacun des Ministères de tutelle de ses programmes. Il a également déployé à leur demande des assistances techniques auprès du Ministère de la santé et de la population, du Ministère de l’agriculture et du développement rural, du Ministère de l’élevage et de la santé animale, du Ministère de l’environnement et du développement durable, du Ministère des eaux, forêts, chasse et pêche et du Ministère de la promotion du genre, de la protection de la femme, de la famille et de l’enfant.

 

Quels sont les résultats concrets atteints par le Fonds à ce jour ?

Le Fonds Bêkou a déjà fourni des résultats tangibles à plus de 2 800 000 de personnes.

Le rapport spécial de la Cour des Comptes de l’Union européenne (octobre 2017) concluait que la majorité des projets financés avait produit les résultats attendus, tout en soulignant que le facteur le plus important dans les cas où les objectifs n’étaient pas atteints était la situation sécuritaire dans les régions où les projets étaient mis en œuvre.

 

  • Dans le secteur de la santé, plus de 160 formations sanitaires appuyées ;
  • Dans le secteur de l’eau et de l’hygiène, plus de 850 points d’eau, y compris des forages, construits ou réhabilités ;
  • Dans le secteur de la résilience rurale, plus de 4 000 groupes agricoles, producteurs de semences, agriculteurs et jardiniers accompagnés ;
  • Dans le secteur des infrastructures, 11 ponts déjà installés, y compris dans la zone du sud-est ;
  • Dans le secteur de la réconciliation, plus de 21 radios centrafricaines soutenues, dont 20 radios communautaires.

 

Le Fonds Bêkou est-il le seul instrument de l’Union européenne en faveur de la RCA ?

Le Fonds Bêkou n’est qu’un des instruments de l’Union européenne. Sa particularité est de se situer entre l’urgence et le développement en soutenant des actions de résilience (court terme) et de relèvement (moyen terme) en fonction des zones d’intervention.

Les autres instruments mobilisés par l’Union Européenne, dans une optique d’approche intégrée, sont :

  • l’aide humanitaire ;
  • l’aide au développement ;
  • l’aide à la stabilisation et à la médiation ;
  • les missions militaires et civiles dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune ;
  • l’action diplomatique et le dialogue politique

 

Les financements de l’Union européenne à travers ces instruments contribuent aux engagements pris pendant la Conférence de Bruxelles de novembre 2016. À cette occasion, les donateurs s’étaient engagés à verser plus de 2 milliards d’euros afin de contribuer au plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA).

 

Que veut-on dire par le « Fonds Bêkou arrive à son terme »?

Initialement le Fonds avait été conçu pour une durée de 5 ans. Il a été prolongé deux fois et arrive à son terme le 31 décembre 2021. Cela signifie qu’aucun nouveau programme ne pourra être financé après cette date, par contre de nombreux projets financés par le Fonds continueront encore pour plusieurs années.

 

Et après ?

La fin de la période de contractualisation du fonds Bêkou en 2021 est liée à la décision de l’UE de simplifier ses instruments de coopération dans le monde entier.

 

L’UE entre dans une nouvelle période de coopération mais surtout de partenariat en RCA à travers son nouvel instrument « Global Europe/Europe dans le monde ». Les priorités de l’UE en RCA pour 2021-2027 resteront alignées avec la stratégie nationale, le RCPCA, et s’attacheront à soutenir le processus de paix en Centrafrique, à soutenir le développement humain en particulier à travers l’appui aux secteurs de la santé et de l’éducation, à la création d’emplois, au développement durable et surtout à soutenir la transition verte, domaine dans lequel la RCA pourrait jouer un rôle positif et de référence pour toute la région et le continent.  L’appui à la société civile, à la jeunesse, à l’égalité des genres, resteront des objectifs transversaux de la coopération de l’UE dans le pays.

 

Pour plus d’informations :

 

 

 

 

Aucun article à afficher