RCA : Radio Ndékè Luka, une radio manipulée par la MINUSCA et l’opposition démocratique en faveur des rebelles  ?

Publié le 19 décembre 2021 , 7:25
Mis à jour le: 19 décembre 2021 4:57

 

Bangui, 19 décembre 2021 (Corbeaunews – Centrafrique ) – C’est l’avis de la majorité des partisans du pouvoir qui ne cesse de publier sur les réseaux sociaux des messages de haine et de provocation à l’encontre de la radio Ndékèluka qui cherche pourtant à éviter ce genre de considération en diffusant que des informations plus ou moins « favorables au gouvernement » en cette période de tension politique et sécuritaire dans le pays.

Tweet de Donzo

 

« Radio Ndékè Luka, une radio qui est manipulés par la MINUSCA, et les COD 20_20 pour donner des Fausses Informations en faveur des groupes rebelles pour créer des troubles en République centrafricaine », a tweeté vendredi Monsieur Damzo.  D’après lui, depuis près d’une année, cette station de radio indépendante joue le jeu des rebelles du CPC en diffusant de fausses informations pour tremper l’opinion publique.

Tweet de Douaclé Orphée Ketté
Capture d’écran du Tweet de Douaclé Orphée Ketté

 

Répondant à Monsieur Damzo , Monsieur Douaclé Ketté Orphée a dit ceci : « nous sommes en train de franchir un nouveau cap : celui qui tient le discours entendu est jugé de comploteur. Où va la RCA? ».

C’est le même son du côté de Monsieur Jean-Louis,  un autre internaute qui disait que « c’est comme cela qu’on touche vraiment le fond ».

Mais d’après un journaliste de la radio Ndékèluka contacté par CNC qui a requis son anonymat, celle-ci a déjà fait des efforts considérables en fermant les yeux sur toutes les exactions commises par les mercenaires russes sur la population.

« Nos correspondants en province nous ont appelés à chaque fois pour dénoncer les exactions commises par les mercenaires de Wagner, mais la rédaction a préféré fermer ses oreilles et diffuser  d’autres informations. Tout ceci pour éviter qu’on nous prenne pour des comploteurs », disait le journaliste. D’après lui, dans certains cas, s’il y’a des incidents impliquant des rebelles, on préfère diffuser les propos des officiels, c’est-à-dire du préfet, sous-préfet, maire, etc., malgré qu’on sait que ceux-ci ne coïncident pas à la réalité.

Rappelons que depuis près d’une année, surtout après l’attaque du CPC sur la capitale le 13 janvier dernier, les partisans du pouvoir,  galvanisés par des billets de banque,  mènent des opérations de provocation et des messages de haine sur les réseaux sociaux contre tous ceux qui tentent de dire des propos autres que les leurs.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher