Manque de personnel qualifié à l’hôpital de Bocaranga : le constat alarmant du Dr Évariste-Guy Denamse

Publié le 25 juin 2024 , 5:05
Mis à jour le: 25 juin 2024 8:09 am

Manque de personnel qualifié à l’hôpital de Bocaranga : le constat alarmant du Dr Évariste-Guy Denamse

 

Hôpital de Bocaranga, au nord-ouest de la République centrafricaine. CopyrightCNC
Hôpital de Bocaranga, au nord-ouest de la République centrafricaine. CopyrightCNC

 

À Bocaranga, Dr Évariste-Guy Denamse alerte sur le déficit de personnel médical. Avec un seul médecin fonctionnaire et une équipe principalement composée d’agents communautaires, il demande un soutien renforcé pour assurer des soins de qualité aux patients de l’hôpital de district.

 

Bangui, 24 juin 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Le soutien d’Alima à l’hôpital de Bocaranga.

 

Dr Évariste Guy-Armel Denamse, médecin chef des districts sanitaires de Bocaranga et de Koui, a abordé les défis de santé publique à Bocaranga lors de son intervention sur la Radio  des nations unies en Centrafrique, Guira FM. Il a dévoilé le soutien apporté par l’ONG Alima, qui aide l’hôpital de district de Bocaranga à offrir des soins gratuits ciblés, principalement pour les enfants et les femmes enceintes.

À lire aussi : RCA : scandale du détournement des fonds à l’hôpital préfectoral de Bouar

 

Soins gratuits pour maladies récurrentes.

 

Selon Dr Évariste-Guy Denamse, l’ONG Alima permet à l’hôpital de soulager les patients en leur offrant des traitements gratuits pour des maladies récurrentes telles que le paludisme, les infections respiratoires et les maladies chroniques. Cette démarche a considérablement amélioré l’accès aux soins pour une large partie de la population.

À lire aussi : journée des Casques bleus, la Minusca fait un don des vivres à l’hôpital de Bria

 

Manque de personnel qualifié, selon Dr Évariste-Guy Denamse.

 

Cependant, Dr Dénamse a soulevé des préoccupations majeures concernant le manque de personnel qualifié à l’hôpital. « Un hôpital de district qui n’a qu’un seul fonctionnaire, le médecin chef, c’est insuffisant. La majorité du personnel est composée d’agents de santé communautaire et de contractuels, dont 91% sont des aides-soignants et des matrones », a-t-il déclaré. Ce manque de professionnels de santé formés compromet la qualité des soins offerts aux patients.

 

Recrutement local et insuffisances.

 

Pour pallier ce problème, Dr Évariste-Guy Denamse a souligné les efforts faits pour recruter localement quelques infirmiers et assistants de santé afin de renforcer l’équipe existante. Toutefois, il a précisé que ces efforts restent insuffisants pour répondre aux besoins de la population.

 

Défis de l’automédication et de la médecine traditionnelle.

 

En outre, Dr Évariste-Guy Denamse a évoqué les difficultés liées à l’automédication et à la médecine traditionnelle, courantes dans la région en raison de la rareté des ressources. « Beaucoup de patients arrivent à l’hôpital dans un état grave après avoir tenté l’automédication ou les traitements traditionnels », a-t-il expliqué. Pour lutter contre ce phénomène, des campagnes de sensibilisation ont été menées en collaboration avec les partenaires et les autorités locales.

 

Collaboration avec les praticiens traditionnels.

 

Le médecin chef a également mentionné la coopération entre le ministère de la Santé et les praticiens traditionnels pour une meilleure gestion des maladies graves et contagieuses. Cette collaboration vise à s’assurer que les cas nécessitant une prise en charge médicale soient référés à l’hôpital rapidement.

 

Appel à un soutien accru.

 

Malgré ces efforts, Dr Dénamse insiste sur la nécessité d’un soutien accru pour recruter plus de personnel qualifié et améliorer les conditions de travail à l’hôpital de Bocaranga. Il appelle à une action concertée pour garantir des soins de qualité à tous les patients de la région.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher