Rafaï : une région en crise face à l’insécurité des groupes armés

Publié le 25 juin 2024 , 5:02
Mis à jour le: 25 juin 2024 7:00 am

Rafaï : une région en crise face à l’insécurité des groupes armés

 

Bienvenue à Rafaiï sur une pancarte
Bienvenue à Rafaiï

 

Les habitants de Rafaï, particulièrement ceux de Démbia et Derbissaka, font face depuis quelques semaines à une insécurité croissante. La présence de groupes armés dans la région inquiète la population, qui demande un renforcement urgent des dispositifs sécuritaires pour assurer leur protection.

 

Bangui, 26 juin 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Une insécurité persistante à Rafaï.

 

Depuis plusieurs semaines, la situation sécuritaire à Rafaï et dans les villages environnants, tels que Démbia et Derbissaka, s’est considérablement détériorée. Les groupes armés, chassés de Zémio dans le Haut-Mbomou par les miliciens Azandé du groupe Wagner Ti Azandé et leurs alliés russes du groupe Wagner se sont repliés dans ces zones. Cette présence menaçante exposant la vie quotidienne des habitants, qui vivent désormais dans la peur constante.

À lire aussi : Les mercenaires de Wagner et leurs tirs nocturnes : une routine de terreur à Zémio

 

Un appel au renforcement des dispositifs sécuritaires.

 

Constant KoKolo, sous-préfet de Rafaï, a exprimé les préoccupations de la population : « Les groupes armés sont à Dembia et à Derbissaka, parce que après que les miliciens Azandé du groupe Wagner Ti Azandé et les Forces Alliées russes du groupe Wagner sont allés les mettre en débandade, une bonne partie a fui et elle se retrouve à Demia et à Derbissaca ». Face à cette menace, les habitants demandent au gouvernement de renforcer les effectifs des miliciens Azandé dans la région. Un renforcement militaire permettrait de mener des patrouilles dissuasives et de sécuriser les zones touchées.

À lire aussi : Opération de Wagner dans la Ouaka : Trois Jours de Combat Intense

 

Manque de moyens pour les miliciens Azandé.

 

Outre le besoin de renforts, le sous-préfet Kokolo souligne également le manque de mobilité des miliciens Azandé. « Il y a un manque de mobilité pour les miliciens Azande, c’est pour cette raison que la population réclame auprès du gouvernement cet appui en effectif et en mobilité pour que les miliciens Azande puissent sillonner sur toute la sous-préfecture de Rafaï », a-t-il déclaré. Les habitants espèrent que cette demande sera prise en compte pour améliorer la sécurité dans leurs villages.

 

Conséquences de l’insécurité sur la population.

 

La présence des groupes armés à Rafaï a des répercussions graves sur la vie des habitants. Les activités économiques sont paralysées, les déplacements deviennent risqués et l’accès aux services de base est compromis. La population, vivant dans un état de terreur permanent, appelle de toutes ses forces à une intervention rapide des autorités pour restaurer la paix et la sécurité.

 

Rappelons que  Rafaï est aujourd’hui une région en crise, où l’insécurité causée par les groupes armés menace la vie des habitants de Démia et Derbissaca. Les demandes de renforcement des dispositifs sécuritaires et de moyens pour les miliciens Azande doivent être entendues pour garantir la protection et la stabilité de cette région.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher