Ippy, un homme confondu avec le journaliste Moïse Banafio a été grièvement agressé et placé en détention par les soldats FACA

Publié le 19 juillet 2021 , 12:31
Mis à jour le: 19 juillet 2021 1:32

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 19 juillet 2021, 06:23:18 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La  véritable chasse physique des journalistes du CNC, après des menaces verbales d’arrestations,  de tortures et de mort, commence déjà. Apparemment,  les mercenaires de Wagner et les soldats FACA n’ont plus d’ennemi  à combattre. Ils se focalisent désormais sur les journalistes et d’autres personnes. C’est le cas de l’arrestation et la détention ce dimanche à Ippy  d’un homme confondu avec le journaliste du CNC Moïse Banafio.

 

La mairie de la sous-préfecture d'Ippy
La mairie de la sous-préfecture d’Ippy. Photo CNC / Moïse Banafio

 

Depuis deux semaines, à Bangui, Bambari, Paoua, Boda, Bouar, Bria et Ippy, les journalistes du CNC dans ces localités sont activement recherchés par les soldats requins et leurs alliés russes. Plusieurs de nos journalistes ont pris la fuite, et abandonnent leurs activités. Mais à Bria et Ippy, notre correspondant régional  Moïse Banafio ne veut pas se laisser intimider. Les mercenaires de la société Wagner et les soldats requins ont mis sa tête à prix.

Comme à Bria, les Wagner laissent des consignes suivantes partout dans la ville :

« Si vous voyiez un homme venu de  Bria ou d’ailleurs, et possède un ordinateur, un appareil photo, un téléphone et pose beaucoup des questions, vous nous alertez immédiatement. C’est probablement celui qu’on cherche », disaient les Russes aux soldats FACA et à la population.

Malheureusement, ce dimanche 18 juillet vers 15 heures, un homme, en provenance de Bangui, et hébergé chez son oncle à Ippy pour acheter des viandes, a été signalé et interpellé par les soldats FACA. Copieusement tabassé, l’homme est actuellement détenu dans la base des FACA. Il est confondu avec le journaliste Moïse Banafio. Son argent de commerce, son appareil téléphone et son ordinateur ont été confisqués par les mercenaires de Wagner. Selon eux, c’est l’argent du CNC, financé par les opposants qui ne veulent pas dans le pays.

Pour l’heure, l’homme croupit toujours dans la geôle des FACA à Ippy. Mais Moïse Banafio, lui, est toujours dans la ville. Il quitte ce jour lundi pour la ville de Bria pour poursuivre ses activités.

« Je suis toujours en liberté. S’ils me cherchent, ils vont sans doute me trouver sur eux », se moquait le journaliste.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher