DÉCLARATION DU CONGRÈS NATIONAL CENTRAFRICAIN POUR LA PAIX, LA DÉMOCRATIE ET LE DÉVELOPPEMENT (CNCA-PDD) FACE AU BRADAGE DE NOS RESSOURCES NATURELLES ET LA MISE EN VENTE DE NOTRE IDENTITÉ

Publié le 17 juillet 2022 , 8:03
Mis à jour le: 17 juillet 2022 7:23

 

Ferdinand MBOKOTO-MADJI, Président du CNCA-PDD
Ferdinand MBOKOTO-MADJI, Président du CNCA-PDD

 

DÉCLARATION

 

 

Depuis son arrivée  au pouvoir en mars 2016 par une mafia qui ne dit pas son nom et son maintien en 2021 par l’homme d’affaires de l’ONU Mankeur Ndiaye, les sorciers de la Cour Constitutionnelle et de l’Autorité Nationale des Élections (ANE); le dictateur et sanguinaire Faustin Touadera, chantre de la médiocrité et de la médiocratie est entrain de mener notre pays vers sa destruction totale et irréversible si rien n’est fait pour l’arrêter.

 

Il est de fait la première cause de la misère persistante, de l’humiliation permanente et accentuée des centrafricains et du sous développement moral devenu une réalité minérale dans notre pays.

 

Avec Touadera et sa confrérie du Mouvement des Coeurs Unis (MCU), la République Centrafricaine a touché le fond du tribalisme et la corruption est endémique à tous les échelons politiques et administratifs.

 

L’opulence affichée des apparatchiks du MCU devant le calvaire du peuple de Centrafrique fait très mal.

 

Les stigmates de cette gestion clanique et despotique du pays sont légion. À titre d’exemples nous citerons entre autres :

– La mise à rude épreuve des services sociaux de base à savoir l’eau, l’électricité,  l’éducation, la santé, les routes, le panier de la ménagère;

– L’exclusion sociale ;

– Le bradage des ressources minières ;

– La caporalisation de l’administration;

– L’instauration d’un système dictatorial opaque et sanglant;

– La mise en place d’une justice aux ordres et à sens unique;

– Les atrocités totalisant des milliers de victimes;

– Les assassinats ciblés de personnes jugées encombrantes pour le régime;

– La confiscation des libertés fondamentales;

– Le bâillonnement de la presse.

 

Sans empathie pour la population qu’il a mis à genoux pour mieux l’asservir, le dictateur Touadera ne recule plus devant rien.

 

Selon l’Agence Ecofin, Touadera et sa bande de  charognards ont annoncé le vendredi 15 juillet qu’ils vont commencer à vendre leur crypto monnaie, le sango à partir de jeudi 21 juillet à un prix unitaire initial de 0,10 dollar. Et dans le cadre de ce projet satanique, les investisseurs étrangers pourront acheter la citoyenneté pour 60.000 dollars en crypto monnaie et un terrain de 250 mètres carrés est également proposé à ces derniers qui auront les Sango coins pendant une décennie. »

Assurément rien ne va plus dans la tête de Touadera. Il est malade et souffre immanquablement du syndrome d’hubris.Car les syndromes de cette pathologie sont visibles sur lui : l’arrogance, la prétention, l’égotisme, la manipulation, le mensonge et le mépris envers le peuple centrafricain.

En outre, il a le sentiment d’être invulnérable et d’avoir la toute puissance.

Mais il se trompe énormément. Il faut qu’il se rappelle de ce qui est arrivé au président Gotabaya de Sri Lanka ces derniers jours.

Au regard de cette triste réalité, l’on est bien en droit de marteler que notre pays va mal, très mal d’ailleurs.

 

C’est pour cette raison que le CNCA-PDD appelle à la vigilance tous les bailleurs de fonds et partenaires de la République Centrafricaine ( l’Union Européenne, les USA, la France, le Fond Monétaire International, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, la Banque de Développement des États de l’Afrique Centrale,  l’Union Africaine, la CEMAC,  la Banque des États de l’Afrique Centrale, les Organisations des droits de l’Homme)  et leur demande de ne financer aucun projet car les financements seront soit détournés soit utilisés à coup sûr pour entretenir les vampires russes de Wagner, les mercenaires et envahisseurs rwandais et burundais ou les miliciens requins et russes noirs.

 

Demande à tous les partenaires cités ci-haut de tout mettre en œuvre pour abréger la souffrance des centrafricains en soutenant la volonté du peuple de se défaire des punaises qui ont colonisées le pays.

 

Dénonce vigoureusement la mainmise du dictateur Paul Kagame sur la vie politique de notre pays.

 

Le CNCA-PDD fait également une mise en garde à l’endroit des aventuriers qui auront la tentation d’investir dans le fameux « Sango coin » de ne pas prendre ce risque car le jour où ce régime en carton va disparaître, ce qui d’ailleurs ne saurait tarder, ils vont naturellement perdre la nationalité et la terre qu’ils auront acquis;

 

Demande à la population de s’inscrire désormais dans un cycle ininterrompu de manifestations jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications à savoir le départ des rwandais, des burundais, des Wagner ainsi que la démission et l’arrestation de Touadera et tous ses proches;

 

Mets en garde les Forces de défense et de sécurité contre tout acte de violence à l’endroit des centrafricains;

 

Aussi, notre formation politique lance un appel pressant à toutes les structures des partis politiques de l’Opposition démocratique d’enclencher ensemble des actions d’envergure pour dénoncer, sans détours ni contours les dérives dictatoriales du monarque Touadera et de son gouvernement constitué de criminels et de Ministres stagiaires.

 

 

 

 

Notre engagement et notre détermination sans faille pour la défense de la Patrie ne faibliront jamais !

 

Vive la Centrafrique,

 

Que Dieu bénisse notre pays, protège son peuple et le libère du joug des minables qui par hasard dirigent notre Nation.

 

 

 

Fait à Bangui, le 18 juillet 2022

 

Le Fondateur et Président National du CNCA-PDD

 

 

 

Ferdinand MBOKOTO MADJI

 

 

 

Ampliations :

 

-Union Européenne

-Etats-Unis d’Amérique

France

-Fond Monétaire International

-Banque Mondiale

-Banque Africaine de Développement

-Banque de Développement des États de l’Afrique Centrale

-Le Cameroun

-Le Tchad

-Le Gabon

-La Guinée Équatoriale

-Le Congo Brazzaville

-Les organisations des droits de l’Homme

-Les presses nationales et internationales.

 

Aucun article à afficher