Crise russo-ukrainienne, quelle conséquence pour les Centrafricains?

Publié le 26 avril 2022 , 8:07
Mis à jour le: 26 avril 2022 8:35

 

Rédigé par Prisca VICKOS

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le mercredi 27 avril 2022

 

Bangui (CNC) – « La crise russo-ukrainienne est ce qu’on appelle en économie un choc externe de grande ampleur, à cause des énormes capacités exportatrices de ces deux pays en matière de produits agroalimentaires et d’hydrocarbures. La réduction drastique de l’offre entraîne immédiatement un cycle de hausse de prix qui n’est qu’à ses débuts ».

 

L’inflation, c’est le principal risque de la guerre en Ukraine

 

En République centrafricaine, la flambée des prix des produits alimentaires sur les marchés inquiète, et cela devient de plus en plus inquiétant encore lorsque le Cameroun a décidé dimanche d’interdire l’exportation de certains de ses produits de grande consommation.

En effet, dans une correspondance au gouverneur de la région de l’est, région frontalière avec la République du Congo et la République centrafricaine, M. Mbarga Atangana a demandé de prendre des mesures immédiates de contrôle visant la suspension de sortie vers l’étranger du ciment, des huiles raffinées, de la farine de blé ou encore du riz.

 « Face aux pénuries aggravées que l’on observe sur le marché national, s’agissant en particulier du ciment, des huiles raffinées, de la farine de blé, du riz et des céréales produites localement, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre des mesures immédiates visant à la suspension, jusqu’à nouvel avis, de l’exportation desdits produits », a-t-on lu dans la correspondance du ministre camerounais en charge du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Ceci dit, pour la République centrafricaine, grand pays importateur des produits alimentaires via le Cameroun, il y’aura sans doute  une très grande conséquence directe sur la sécurité alimentaire. Et ce n’est que le début.

« Les experts estiment que la guerre durera jusqu’à fin 2023, et le temps que les outils de production soient remis en marche, nous avons des moments difficiles devant nous. D’où la nécessité d’anticiper sur les conséquences d’une poussée inflationniste de longue durée sur notre économie et sur notre budget…. », déclare l’opposant Martin Ziguélé sur son compte Facebook.

Mais d’ores et déjà, en République centrafricaine, sur les marchés , on assiste à une explosion des prix des produits de première nécessité. La crise d’hydrocarbure se précise également, et le gouvernement  n’a pas cherché à tirer les cartouches à sa disposition pour tenter de contenir  la flambée des prix des matières premières et énergétiques.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher