Centrafrique: vive tension entre le ministre de l’Intérieur et son Dircab

Publié le 19 mai 2019 , 9:15
Mis à jour le: 19 mai 2019 9:15
Le ministre Henri Wanzet Linguissara lors de son passage à Bambari. La photo est pour l’illustration de l’article.

 

Bangui (République centrafricaine) – Les choses ne vont plus au ministère de la Sécurité publique. La tension est visible partout et les activités tournent au ralenti.

 

Depuis la prise de tête au début du mois entre le directeur général de la police le colonel bienvenu Zokoué et son ministre de tutelle le général Henri Wanzet Linguissara, les choses allaient de mal en pis au ministère de la Sécurité publique. Cette fois, c’est le tour de monsieur Jean Sosthène Degbè, directeur de cabinet de ce dernier de faire son entrée dans la dense avec un bras de fer énorme avec celui-ci.

 

En effet, depuis la publication de la note de service du ministre Henri Wanzet Linguissara qui dépouille partiellement les prérogatives de son directeur de cabinet Jean-Sosthène Dengbè, le ton semble rompu entre les deux hommes. Désormais, celui-ci ne vient plus au bureau comme avant, et il compte le faire savoir à son ministre Linguissara.

 

Comme si cela ne suffisait pas, le nouveau directeur de la gendarmerie nationale vient lui aussi de prendre la tête avec son ministre de tutelle le général Henri Wanzet Linguissara. L’affaire devient sérieuse. Le ministère de l’Intérieur est en pleine crise de leadership depuis quelques semaines.

 

Aux dernières nouvelles, le directeur général de la police nationale serait directement visé comme co-auteur dans l’affaire des présumés faussaires camerounais. Il pourrait être limogé de ses fonctions.

 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher