Centrafrique : le double jeu de l’autorité nationale des élections

Publié le 4 août 2023 , 7:25
Mis à jour le: 4 août 2023 12:43 pm

le double jeu de l’autorité nationale des élections

 

Le rapporteur général et porte-parole de l'ANE, Monsieur Téophile Momokouama. Photo CNC
Le rapporteur général et porte-parole de l’ANE, Monsieur Téophile Momokouama. Photo CNC

 

 

Bangui, 05 août 2023 (CNC) –  La République centrafricaine a récemment été témoin d’un référendum aussi calamiteux que controversé, orchestré par l’autorité nationale des élections (ANE). Alors que le peuple centrafricain attendait un semblant de démocratie, l’ANE a réussi à organiser une véritable farce aux résultats pour le moins surprenants.

 

Selon le porte-parole de l’ANE, monsieur Théophile Momokoama, plus de 90% des bulletins auraient déjà été dépouillés. Un tel résultat suscite un sentiment d’émerveillement, mais pas dans le bon sens du terme. Comment est-il possible qu’une majorité aussi écrasante des bulletins ait été dépouillés en si peu de temps, alors que l’état des routes dans le pays est difficilement praticable? Il semblerait que le miracle de l’autorité électorale dépasse l’entendement, ou peut-être est-ce simplement le signe d’un système corrompu qui ne se soucie guère de la réalité.

 

Ce référendum a été qualifié par les centrafricains de “honte” et de “division”, et à juste titre. Sous le prétexte de moderniser la constitution, le président Faustin Archange Touadera et ses alliés russes cherchent clairement à consolider leur pouvoir en République centrafricaine. En contournant les limites constitutionnelles pour se maintenir au pouvoir, Touadera montre une réelle volonté de s’accrocher au trône au mépris des principes démocratiques.

 

Le peuple centrafricain, pourtant l’acteur principal de ce référendum, a largement boudé cette mascarade électorale. La population semble avoir compris qu’il s’agit d’un jeu truqué, où les dés sont pipés en faveur du pouvoir en place. C’est un affront à la véritable démocratie, où la voix du peuple est censée être respectée et entendue.

 

Il est tout à fait ironique de constater comment l’ANE, censée être un organe impartial garantissant l’intégrité des élections, s’est transformée en un instrument de légitimation de l’autocratie. Plutôt que de faire preuve de transparence et d’équité, l’ANE semble s’être transformée en “autorité nationale des illusions électorales”.

 

Ce simulacre de démocratie ne peut être pris au sérieux par la communauté internationale. Il est grand temps que la Russie réalise que le maintien de dirigeants au pouvoir par des méthodes douteuses et autoritaires n’est pas la voie vers une véritable influence en Afrique. Au contraire, cela ne fera que ternir la réputation du pays et renforcer le mécontentement du peuple centrafricain.

 

Il est nécessaire que les voix des centrafricains soient entendues et que des élections libres et équitables soient organisées, sans ingérence étrangère ou manipulations internes. L’avenir de la République centrafricaine repose sur la véritable volonté du peuple, pas sur les manœuvres politiques douteuses.

 

Ceci dit, ce référendum en République centrafricaine est un triste exemple de la dégradation de la démocratie et de la montée de l’autoritarisme. L’ANE, en jouant un rôle de complice, a contribué à cette débâcle électorale. Espérons que le peuple centrafricain saura s’unir pour défendre ses droits et aspirations démocratiques et mettre fin à cette parodie de gouvernance.

 

Par Alain Nzilo

Directeur de publications

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher