Centrafrique : la banque africaine de développement suspend toutes ses activités dans le pays  

Publié le 10 mai 2022 , 8:12
Mis à jour le: 10 mai 2022 4:03

 

Rédigé par Gisèle MOLOMA

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 10 mai 2022

 

Bangui (CNC) – Depuis la semaine dernière, une délégation de la banque africaine de développement (BAD) est en séjour dans la capitale centrafricaine. Une série de réunion avec les autorités centrafricaine a été organisée. Au menu de discussion, les différentes prises de positions officielles des autorités centrafricaines vis-à-vis des institutions financières régionales et africaines. En un mot, l’adoption de la cryptomonnaie comme une monnaie légale en République centrafricaine serait la principale cause de cette crispation.

A gauche monsieur Adesina Akinwumi président de la Banque Africaine de Développement et à droite Professeur Faustin Archange TOUADERA Président de la République
A gauche monsieur Adesina Akinwumi président de la Banque Africaine de Développement et à droite Professeur Faustin Archange TOUADERA Président de la République centrafricaine, à Addis-Abeba, en Etiopie, en février 2022

 

Pour la banque africaine de développement (BAD), il est pratiquement impossible de travailler dans de telles conditions dans le pays. En d’autres termes, toutes les activités financées par la BAD en République centrafricaine n’ont plus d’issues. Elles sont simplement suspendues jusqu’à nouvel ordre.

C’est le cas du projet d’appui à la modernisation de l’aéroport international de Bangui Mpoko (PAMAB), financé à hauteur de  11 millions d’euros par la banque africaine de développement (BAD). Les travaux de ce projet sont d’ores et déjà suspendus. Et c’est aussi la même pour les travaux du projet de développement  du corridor de transport multimodal  Pointe – Noir – Brazzaville  – Bangui  – Ndjamena, financé aussi par la banque africaine de développement (BAD) à hauteur de plus de 60 milliards de francs CFA.

Et ce n’est pas tout! D’autres projets financés par la banque africaine de développement en RCA sont également suspendus. Pour cette institution financière africaine, l’État centrafricain est déjà en faillite. Donc il est plus que nécessaire de revoir les choses et demander à l’État centrafricain plus de garanties quant au remboursement des fonds alloués.

Il y’a lieu de rappeler que la semaine dernière, le ministre des Finances, monsieur Hervé Ndoba, avait jugé très alarmant l’état des finances publiques, et annonce en même temps des coupes de 40 à 60% dans le budget de certains ministères. Cette annonce du premier comptable public centrafricain, associée a l’adoption du Bitcoin, par le président Touadera, comme monnaie légale dans le pays obligeant les autres États de l’union monétaire avec le pays à prendre leur distance, s’apparentent, sans doute, à une déclaration de faillite.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher