Boali, une épuration ethnique et religieuse programmée, la chasse à l’homme commencent

Publié le 29 mars 2022 , 8:09
Mis à jour le: 29 mars 2022 10:59

 

Rédigé par Patrice Olona

Publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le 28 mars 2022

 

Bangui (CNC) – La ville de Boali, située à 95 kilomètres au nord-ouest de la capitale, est depuis trois jours secouée par un conflit ethnicoreligieux, déclenché au lendemain d’un attentat à la grenade perpétré sur un marché local, faisant 5 morts et des blessés. Sans preuve concrète, les « Peuls musulmans » et « Gbaya » ont été indexés, poussant les membres d’une milice armée proche du pouvoir à commettre des exactions en représailles. C’est la confusion totale.

 

Un attentat sur un marché de Lamy

 

Un attentat a visé un marché de Lamy, à Boali, à la tombée de la nuit dimanche 27 mars 2022, faisant plusieurs dégâts matériels et humains.

« Il y’a eu une attaque à la grenade, ce dimanche  vers 17 heures, faisant  cinq morts et sept blessés graves », a déclaré à CNC un élément de la gendarmerie locale.

Aussitôt, le lieu de l’attentat a été bouclé pour permettre au service de sécurité de récolter des preuves et faire évacuer les blessés. La gendarmerie a également appelé le public à rester calme et à collaborer avec les enquêteurs.

 

Les Peuls et les Gbaya accusés

 

Or, sur les antennes de la radio, un soi-disant témoin a directement accusé les éleveurs comme les auteurs de l’attaque. De facto, de bouche à oreille,  des rumeurs se propagent comme une traînée de poudre dans la ville, indexant les Gbaya et les Peuls comme commanditaires de cet attentat meurtrier.

 

Les REQUINS se mobilisent

 

Cependant, une branche de la milice « REQUINS », proche du pouvoir, mobilise ses hommes armés. Au même moment, , à la gendarmerie, la nouvelle inquiète au plus haut niveau. Un renfort a été sollicité à Bangui.  Le directeur général de la gendarmerie, avec son homologue de la police, a sollicité auprès du ministre  des moyens pour leur permettre d’envoyer le renfort à Boali. Le ministre, de son côté, ferme son téléphone et ne donne aucune suite.

 

La ville s’embrase

 

Mais le lendemain, lundi 28 mars, vers 15 heures, les miliciens ont commencé à mener des opérations contre les Peuls et les Gbaya. Des détonations commencent, la population en débandade générale. Les forces de l’ordre interviennent, mais la ville s’embrase. Les Peuls, les musulmans, les Gbaya se réfugient en masse à la gendarmerie, laissant leurs commerces et habitations à la merci des miliciens. La gendarmerie faisait état d’un mort et de plusieurs blessés.

 

Arrivée de Firmin Ngrebada et Félix Moloua

 

Le député de la ville, l’ancien premier ministre Firmin NGRÉBADA et le Premier ministre Félix Moloua sont actuellement en déplacement dans la ville pour tenter de ramener le calme. Mais sur place, la population accuse le pouvoir d’avoir équipé et armé ce groupe des brigands sans foi ni loi.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher