Amnesty International appelle à la fin de la violence contre les Africains noirs en Tunisie

Publié le 12 mars 2023 , 7:40
Mis à jour le: 12 mars 2023 12:47

 

Bangui (CNC) – Amnesty International a appelé les autorités tunisiennes à mettre immédiatement fin à la vague d’attaques visant les migrants noirs africains qui a débuté début février et s’est intensifiée après les propos racistes et xénophobes du président Kais Saied le 21 février 2023. Les autorités doivent enquêter et amener les responsables présumés à rendre des comptes, en particulier lorsque la police est impliquée dans ces agressions. Elles doivent libérer tous les migrants détenus arbitrairement et veiller à ce qu’ils ne soient pas renvoyés de force.

 

Rédigé par Alain Nzilo

Publié par Corbeaunews-Centrafrique (CNC), le lundi 13 mars 2023

 

Amnesty International intervient en faveur des Africains noirs en Tunisie

 

Les propos haineux et discriminatoires du président Saied lors d’une réunion du Conseil national de sécurité le 21 février, qui équivalaient à un appel à la haine, ont déclenché une flambée de violence raciste contre les Noirs.

Des groupes sont descendus dans la rue et ont attaqué des migrants noirs, des étudiants et des demandeurs d’asile, tandis que la police arrêtait et expulsait beaucoup d’entre eux.

Le président a déclaré que « des hordes d’immigrants illégaux d’Afrique subsaharienne » avaient inondé la Tunisie et étaient responsables de « violences, crimes et actes inacceptables ».

Il a ajouté qu’il s’agissait d’une situation « anormale » qui faisait partie d’un plan criminel visant à « transformer la composition démographique de la Tunisie » et à la transformer « uniquement en un Etat africain qui n’appartient plus au monde arabo-islamique ».

« Le président doit retirer ses propos et ordonner des enquêtes pour indiquer clairement que la violence raciste anti-Noirs ne sera pas tolérée. Il doit cesser de désigner les boucs émissaires des problèmes économiques et politiques du pays.

La communauté noire des migrants africains en Tunisie craint désormais les agressions, les arrestations arbitraires et les expulsions sommaires », a déclaré Heba Morayef, directrice du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

 

« Jusqu’à présent, les autorités tunisiennes ont cherché à minimiser ou même à nier complètement ces attaques violentes. Elles doivent donner la priorité aux enquêtes sur les violences policières contre les migrants noirs, mettre immédiatement fin aux retours forcés en cours et empêcher toute autre attaque raciste perpétrée par des gangs ou des agents de l’État. ».

 

Au cours des deux dernières semaines, les autorités ont nié la violence raciste contre les Africains noirs

 

Après le tollé international suscité par les propos du président, ils ont annoncé le 5 mars de « nouvelles mesures » pour faciliter le séjour légal des migrants, ainsi qu’une procédure de rapatriement pour ceux « qui souhaitent quitter le pays volontairement ». Cependant, les attaques et la violence se poursuivent.

 

Amnesty International s’est entretenue avec 20 personnes à Tunis, dont cinq demandeurs d’asile et 15 migrants sans papiers originaires du Cameroun, de Sierra Leone, du Ghana, du Nigeria, de Guinée et de Côte d’Ivoire. Ils ont tous été attaqués par la foule et, dans au moins trois cas, la police était présente mais n’est pas intervenue pour arrêter l’agression ou arrêter les auteurs.

 

Avocats sans frontières (ASF), une organisation qui fournit une aide juridique aux demandeurs d’asile et aux migrants, a confirmé qu’au moins 840 Africains noirs, dont des migrants, des étudiants et des demandeurs d’asile, ont été arrêtés dans plusieurs villes tunisiennes depuis début février.

 

Selon de nombreuses personnes interrogées, la violence et l’hostilité envers les Noirs faisaient partie de leur vie quotidienne en Tunisie. Cependant, 20 témoins ont déclaré que les attaques se sont intensifiées après le discours du président.

 

 

Corbeaunews Centrafriquev

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp : CNC Groupe

Rappelons que dans ce groupe, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher