Centrafrique : Massacre de Bria, le bilan s’alourdit de jour en jour et atteint près de 70 morts

Publié le 24 janvier 2022 , 1:11
Mis à jour le: 24 janvier 2022 1:11

 

 

Bangui, 24 janvier 2022 (Corbeaunews – Centrafrique ) – On assiste à un véritable crime contre l’humanité, crime de guerre. L’ONU mène depuis une semaine une enquête sur cette tuerie de masse, mais l’ampleur du dégât semble être insupportable pour tout le peuple centrafricain. Mais à Bangui,  le pouvoir continue de nier les faits. Même la vidéo qu’on a publiée sur les réseaux sociaux parle d’elle-même. Les mercenaires russes dépassent la limite. Après le massacre de Bambari, puis celui de Boyo, etc., les Wagner frappent de nouveau durement au nord de Bria. Le bilan provisoire parle d’au moins 65 morts.

Un homme interpellé par les mercenaires russes de la société Wagner dans le village Yanga le 17 janvier 2022
Un homme interpellé par les mercenaires russes de la société Wagner dans le village Yanga le 17 janvier 2022

 

La semaine dernière, dans le nord de Bria, plus précisément dans les villages Aïgbado et Yanga, situés respectivement à 75 et 143 kilomètres de Bria sur l’axe Ndélé, les mercenaires russes de la société Wagner, appuyés par les soldats FACA, ont massacré plus d’une vingtaine des personnes, selon le premier bilan provisoire annoncé par CNC. Mais plus le jour passe, plus le bilan s’alourdit. Une semaine plus tard, il peut atteindre plus de 50 morts, d’autres parlent de près de 70 morts et une centaine des blessés. Et c’est encore provisoire!

L’ONU, de son côté, mène depuis près d’une semaine une enquête sur cette tuerie de masse, mais à l’annonce de l’ouverture de cette enquête, les mercenaires russes et les soldats FACA ont bloqué l’accès à ces deux villages. Ils ont installé leur poste avancé à Aïgbado. Toute personne qui tente de sortir de ce village est automatiquement abattue.

Certains blessés qui ont pu rejoindre la ville de Bria parlent de génocide. Selon eux, dans la forêt, le nombre des cadavres dépasse l’entendement.  Même sur la rivière La Kotto, les pêcheurs ont repêché déjà 14 corps sans vie dont des femmes et des enfants, entraînés par la rivière Boungou, rivière affluant de La Kotto.

Rappelons qu’à chaque fois qu’on publie un massacre commis par les soldats FACA et les mercenaires russes, le pouvoir de Bangui cherche par tous les moyens de détourner la réalité des choses en parlant d’une fake news. Mais cette fois, l’ONU a décidé de mener sa propre enquête pour voir la réalité des choses. Toutefois, les auteurs de ces crimes empêchent les enquêteurs des Nations unies à accéder aux lieux de la scène.

Parmi les victime, il y’a également deux partisans du parti au pouvoir, habitant du quartier KM5 à Bangui, C’est un collecteur des diamants.

Affaire à suivre.

 

Par Moïse Banafio

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher