Élysée Nguimalé : “Quand la Justice Crée le Chaos Foncière en Centrafrique ”

Publié le 20 juin 2024 , 5:10
Mis à jour le: 20 juin 2024 6:49 am

Élysée Nguimalé : “Quand la Justice Crée le Chaos Foncière en Centrafrique ”

 

Élysée Nguemalé, Coordinateur de l'OGDC
Élysée Nguemalé, Coordinateur de l’OGDC

 

Les litiges fonciers explosent en République Centrafricaine, accusent Élysée Nguimalé. Il dénonce une justice qui favorise des expulsions arbitraires, ignorant les droits coutumiers des occupants traditionnels et alimentant ainsi des conflits incessants sur les terres.

 

Bangui, 21 juin 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Litiges fonciers  en Centrafrique : une problématique croissante.

 

Les litiges fonciers sont devenus une réalité alarmante en République Centrafricaine. Élysée Nguimalé explique que ces conflits surgissent souvent lorsque deux individus ou entités revendiquent la propriété d’un même terrain. Cela inclut également les affrontements entre les particuliers et l’administration publique, surtout lorsque l’État, à travers des projets cadastraux ou d’urbanisme, revendique des terres déjà occupées par des citoyens.

 

Nguimalé critique sévèrement les décisions judiciaires qui, selon lui, manquent de procès équitables. Ces jugements conduisent souvent à des expulsions sans qu’une audience contradictoire n’ait eu lieu, laissant les occupants traditionnels sans recours. Cette approche judiciaire contribue à une instabilité foncière majeure, aggravant les tensions entre les citoyens et l’État.

 

Le rôle de l’État dans la gestion des terres.

 

Selon Élysées Nguimalé, l’État a une part de responsabilité significative dans ces litiges fonciers. Il souligne que le manque de contrôle effectif de l’État sur les terres et l’absence de modalités claires d’attribution sont des facteurs clés. De plus, les citoyens ne suivent pas toujours les procédures légales pour acquérir des terres, ce qui génère des conflits supplémentaires.

 

Les occupants traditionnels, qui possèdent des terres selon les coutumes, se trouvent souvent délogés par des décisions judiciaires. La constitution et la loi reconnaissent pourtant ces droits coutumiers. Élysées Nguimalé insiste sur le fait que ces expulsions arbitraires violent les droits des populations locales, provoquant un sentiment d’injustice et de frustration.

 

Les solutions proposées par Élysée Nguimalé

 

Pour remédier à cette situation, Nguimalé propose que l’État rende une justice équitable et transparente. Il appelle également les citoyens à consulter des techniciens et des spécialistes juridiques avant d’acquérir des terres. À cet effet, il mentionne la création d’un cabinet de rétention juridique et d’investissement, basé à l’école CPJ, offrant des conseils pour éviter les litiges fonciers futurs.

À lire aussi : La Commission des Droits de l’Homme : Un Spectacle de Fumée sans Substance

 

Élysée Nguimalé conclut en soulignant que rendre une bonne justice, acceptée par le peuple, est essentiel pour réduire les litiges fonciers en République Centrafricaine. Il appelle à une meilleure gestion des terres par l’État et une plus grande vigilance des citoyens dans leurs transactions foncières.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher