Dictature à Bangui : Le régime corrompu menace violemment ses détracteurs

Publié le 28 juillet 2023 , 7:15
Mis à jour le: 28 juillet 2023 7:05 am

Dictature à Bangui : Le régime corrompu menace violemment ses détracteurs

 

Prestation de serment du Président Touadera le 30 mars 2021 à l'assemblée nationale à Bangui. Copyright
Prestation de serment du Président Touadera le 30 mars 2021 à l’assemblée nationale à Bangui. Copyright

 

 

Bangui, 29 juillet 2023 (CNC) – Dans une campagne référendaire honteusement illégale et controversée, le pouvoir de Bangui révèle une fois de plus son vrai visage autoritaire et corrompu. Toute personne osant émettre une critique contre cette mascarade démocratique est immédiatement ciblée, intimidée et menacée par les partisans du régime, tels que le sinistre Albert Nzate.

 

Le référendum constitutionnel en cours à Bangui est un cirque démocratique monté par le Président Touadera  pour perpétuer son règne ininterrompu sur le peuple, sans se soucier des principes fondamentaux de la légalité et du respect des droits humains. Mais voilà qu’un éminent intellectuel, Monsieur Patriarche Marx Ngouyombo, a eu l’audace de dénoncer cette farce sans précédent et de critiquer ouvertement ce qui est clairement une atteinte à la souveraineté populaire.

 

Au lieu de répondre avec des arguments ouverts à la discussion, le régime banguien choisit une voie plus sombre et révélatrice de son vrai caractère : la menace et l’intimidation. Albert Nzate, un partisan du pouvoir, s’est permis de proférer des menaces abominables envers Monsieur Ngouyombo et sa famille. Ce genre de comportement est une preuve indéniable de la faiblesse intellectuelle du régime et de son incapacité à accepter la critique constructive.

 

Il est choquant de voir à quel point le Président Faustin Archange Touadera est prêt à tout pour préserver son pouvoir illégitime. La répression brutale des voix dissidentes témoigne de la peur panique qui s’empare du gouvernement face à une population de plus en plus consciente de ses droits et désireuse de mettre fin à cette dictature rampante.

 

Il est temps que la communauté internationale ouvre les yeux sur la réalité de la situation à Bangui. Les droits fondamentaux des citoyens sont bafoués, la liberté d’expression est foulée aux pieds, et la justice est devenue une marionnette aux mains de dirigeants corrompus. Le monde ne peut pas rester silencieux face à ces atrocités.

 

Frédéric, un activiste de la société civile centrafricaine : « Nous lançons un appel à tous les défenseurs des droits humains, aux organisations internationales et aux pays engagés dans la promotion de la démocratie : il est temps d’agir. Exigez des comptes au pouvoir de Bangui, condamnez fermement ces pratiques dictatoriales et soutenez le peuple qui aspire à vivre dans la liberté et la dignité ».

 

Sylvie, étudiante à l’université de Bangui : ‘Monsieur Patriarche Marx Ngouyombo, malgré les menaces ignobles, vous n’êtes pas seul. Votre courage et votre détermination inspirent un grand nombre de personnes à travers le monde. Nous sommes solidaires de votre cause et déterminés à faire entendre votre voix opprimée ».

 

Tanza Saint-Cyr, Coordonnateur de la plateforme des jeunes leaders de l’opposition :Le pouvoir de Bangui peut tenter de bâillonner ses critiques, mais il ne pourra jamais étouffer la vérité. La lutte pour la démocratie et les droits humains à Bangui est loin d’être terminée, et nous serons toujours là pour rappeler au monde que le régime banguien ne représente pas la volonté du peuple, mais une poignée d’individus avides de pouvoir et de privilèges ».

 

Souleymane, un commerçant du quartier KM5 : Avec chaque menace proférée par le régime, notre détermination à dénoncer cette tyrannie grandit. Nous continuerons de répandre la vérité, de dénoncer l’injustice et de soutenir les voix opprimées jusqu’à ce que la liberté règne enfin à Bangui ».

 

La balle est désormais dans le camp de la communauté internationale. Le monde doit agir pour mettre fin à cette oppression insoutenable et accorder au peuple de Bangui le droit de vivre dans un pays véritablement démocratique, respectueux des droits de l’homme et des principes fondamentaux de la justice.

 

Que la honte retombe sur le régime de Bangui et que la lumière de la justice éclaire enfin ce pays longtemps plongé dans les ténèbres de la dictature. La vérité finira par triompher, et ceux qui ont menacé et opprimé le peuple seront jugés par l’Histoire pour leurs crimes odieux.

 

Par Alain Nzilo

Directeur de publications

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

 

Aucun article à afficher