Soldats camerounais à Bakari-Simon : terreur à la frontière centrafricaine

Publié le 6 juillet 2024 , 5:02
Mis à jour le: 6 juillet 2024 5:03 pm

Soldats camerounais à Bakari-Simon : terreur à la frontière centrafricaine

 

Panneau indiquant le croisement Koundé sur la route entre Baboua - Béloko
Panneau indiquant le croisement Koundé sur la route entre Baboua – Béloko. CopyrightCNC

 

Depuis plusieurs semaines, les soldats camerounais sèment la terreur à Bakari-Simon, village frontalier centrafricain. Les exactions répétées et l’inaction de Bangui plongent les habitants dans une situation de désespoir extrême, appelant une intervention immédiate.

 

Bangui, 07 juillet 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Abus et violences quotidiennes à Bakari-Simon.

 

Les soldats camerounais, déployés à la frontière avec la Centrafrique, se livrent à des abus de pouvoir systématiques contre les villageois de Bakari-Simon. Ces actes de violence incluent passages à tabac, extorsion de biens et viols, créant un climat de terreur insupportable. Les témoignages des habitants sont accablants : ces crimes, perpétrés en toute impunité, dévoile l’incapacité des autorités camerounaises à contrôler leurs propres troupes.

 

Occupation du territoire centrafricain.

 

En plus des violences, les soldats camerounais ont établi un checkpoint sur le territoire centrafricain, coupant ainsi les deux villages frontaliers. Ceux qui quittent Bakari pour se rendre à Koundé par exemple doivent payer 1 000 francs CFA, et ce, malgré le fait que ces déplacements s’effectuent entièrement sur le sol centrafricain. En revanche, ceux qui se dirigent vers le Cameroun ne paient que 500 francs CFA. Cette situation anormale où des soldats étrangers imposent des taxes sur des citoyens centrafricains dans leur propre pays souligne la gravité de la situation et l’urgence d’une réaction gouvernementale.

 

L’inaction de Bangui.

 

Malgré les appels à l’aide désespérés des habitants de Bakari-Simon, la réponse du gouvernement centrafricain se fait attendre. Les autorités locales ont réitéré leurs demandes d’intervention, mais Bangui reste muet. Cette passivité coupable révèle un manque flagrant de volonté politique pour mettre fin à ces exactions. L’inaction de Bangui face aux abus des soldats camerounais laisse la population sans défense et désespérée, aggravant ainsi la situation.

 

Appels à une intervention urgente.

 

Les autorités locales et la population de Bakari-Simon réclament une intervention immédiate pour mettre fin à ces violences. Ils demandent une protection renforcée et des actions concrètes pour assurer la sécurité des civils. La souveraineté nationale est bafouée, et la sécurité des populations locales sacrifiée. Une intervention militaire centrée sur la protection des civils et le rétablissement de l’ordre s’impose.

 

Il est inacceptable que des citoyens centrafricains soient abandonnés à leur sort face à des agresseurs étrangers sur leur propre sol. Le gouvernement centrafricain doit prendre ses responsabilités et agir de toute urgence pour remédier à ces graves dysfonctionnements. La sécurité de la population et la souveraineté du pays en dépendent.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher