Cortège présidentiel en folie : un policier tué sur la route de Damara

Publié le 25 juin 2024 , 5:20
Mis à jour le: 25 juin 2024 8:26 am

Le Cortège présidentiel tue un policier sur la route de Damara

 

Pickup du cortège présidentiel au centre-ville de Bangui. Crédit photo : Mickael Kossi / Corbeaunews

 

En pleine route de Damara, un jeune policier, Dazoua Supreme  , âgé d’une vingtaine d’année, a été tué par le cortège présidentiel du Président Touadera , qui roulait à une vitesse excessive. Cet accident démontre une fois de plus l’irresponsabilité et le danger que représentent ces convois pour la sécurité publique.

 

Bangui, 27 juin 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Le Cortège présidentiel tue un policier : un gardien de la paix sacrifié.

 

Dimanche dernier, à 16 heures, un gardien de la paix major revenait d’une place Mortière, en face du restaurant La Colline, au PK 13, route de Damara. En tentant de traverser la route, il a été heurté mortellement par le véhicule du cortège présidentiel en provenance de Damara, surnommé à Bangui le « cortège de mort ». Ce jeune policier de 24 ans n’a eu aucune chance face à la violence de ce convoi, qui a précipité sa fin tragique.

À lire aussi : Dernière minute : grave accident de circulation impliquant le cortège du Président de la République à Bangui

Cortège présidentiel de passage au centre ville de Bangui le 12 août 2019 / photo de Mickael Kossi / CNC
Cortège présidentiel de passage au centre ville de Bangui le 12 août 2019 / photo de Mickael Kossi / CNC

 

Des cortèges transformés en dangers publics.

 

Les cortèges présidentiels en République centrafricaine, notamment celui du Putschiste Faustin Archange Touadera, sont tristement célèbres pour leur vitesse excessive et leur mépris des règles de circulation. Ces convois, composés de véhicules blindés et d’armes lourdes, forcent les autres usagers à s’écarter brusquement, compromettant la sécurité des citoyens. Même la semaine dernière, ils ont failli tuer un taximan sur l’avenue du 15 mars, juste au niveau de l’entrée du lycée de Gobongo, de même pour un autre compatriote centrafricain revenant de Paris, a échappé également de peu à la mort près de l’hôpital de l’Amitié sur la même avenue.

À lire aussi : Dernière minute : grave accident de circulation impliquant le cortège du Président de la République à Bangui

 

Un mépris flagrant pour la vie humaine.

 

La mort de ce jeune policier n’est pas un incident isolé, mais le reflet d’un problème récurrent. Les forces de l’ordre, en insistant sur la sécurité du Président à tout prix, négligent la protection des autres citoyens. La vitesse excessive et l’occupation totale de la chaussée par le cortège présidentiel démontrent une négligence grossière et un manque de respect pour la vie humaine. Les usagers de la route, même les piétons, sont souvent heurtés sans aucun remord de la part des forces de sécurité.

À lire aussi : Un véhicule du cortège du DG de la police impliqué dans un accident à Gobongo

 

Retour tragique de Damara.

 

Le Putschiste Touadéra revenait de son village à Damara, situé à 75 kilomètres de Bangui, lorsque l’accident s’est produit. Le cortège, de retour vers 16 heures, roulait à une vitesse excessive, causant la mort de ce policier. Cette pratique, qui force les citoyens à fuir la route pour éviter d’être heurtés, doit être réévaluée de toute urgence.

 

Un appel urgent à la réforme

 

Il est plus qu’urgent de revoir les protocoles de sécurité entourant les cortèges présidentiels. La mort de ce gardien de la paix major, monsieur Dazoua Supreme,  doit servir de leçon et inciter les autorités à adopter des mesures plus responsables et respectueuses de la sécurité publique. La vie des citoyens ne doit plus être sacrifiée sur l’autel de la sécurité présidentielle. Les Bangui et les Banguissois ne doivent plus vivre dans la peur constante de ces convois mortels.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher