Centrafrique : Les Élections Municipales Menacées par l’Insécurité

Publié le 10 juillet 2024 , 5:02
Mis à jour le: 10 juillet 2024 5:03 pm

Les Élections Municipales Menacées par l’Insécurité

 

Un bureau de vote installé dans la forêt par les agents électoraux le 27 décembre 2020 dans la commune de Bimbi, vers Paoua, en République centrafricaine. Photo CNC /
Un bureau de vote installé dans la forêt par les agents électoraux le 27 décembre 2020 dans la commune de Bimbi, vers Paoua, en République centrafricaine. Photo CNC /

 

À trois mois des élections municipales, des groupes armés réorganisés multiplient les attaques contre les forces armées centrafricaines et leurs alliés russes du groupe Wagner, plongeant le nord-ouest de la RCA dans une insécurité croissante.

 

Bangui, 11 juillet 2024.

Par la rédaction de Corbeau News Centrafrique.

 

Les Élections Municipales : regain de Violence dans le Nord-Ouest.

 

Les préfectures de Lim-Pendé, Ouham-Pendé, Ouham-Fafa, et une partie de Nana-Mambéré, au nord et au nord-ouest de la République centrafricaine, sont des bastions de la coalition des patriotes pour le changement (CPC). Ces régions subissent une intensification des violences armées, où des groupes réorganisés ciblent les forces armées centrafricaines (FACA) et leurs alliés russes du groupe Wagner.

 

Attaques Meurtrières et Conséquences.

 

Mardi dernier, des hommes armés du groupe 3R, affiliés à la CPC, ont attaqué une position des FACA au village de Ngoutéré, à plus de cinquante kilomètres de Bocaranga, dans l’Ouham-Pendé, tuant plus de quinze personnes, dont cinq militaires, selon des sources locales. Le 22 juin, cinq personnes, dont quatre Burkinabés et un jeune de Nana-Bakassa, ont été tuées dans un chantier minier à cinq kilomètres de Kouki, sur la route de Nana-Bakassa, par des hommes armés non identifiés. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas encore réagi à ce drame.

 

Populations Pris au Piège et Appels à l’Aide.

 

Les habitants des villages de Miamani et Diki, dans le Bamingui-Bangoran, ont alerté sur un regroupement massif d’hommes armés dans leurs régions, appelant Bangui à l’aide. La semaine dernière, à Zémio, un père et son fils ont été tués dans leur champ par des inconnus. De Lim-Pendé à Ouham-Pendé, en passant par Ouham-Fafa et le Haut-Mbomou, les populations ne cessent de dénoncer les violences armées dont elles sont victimes.

 

Opposition et Critiques du Gouvernement.

 

L’opposition démocratique a critiqué le manque flagrant de volonté politique des autorités pour protéger les civils dans ces régions. Le gouvernement, de son côté, voit derrière cette situation la main de certains opposants. Malgré les condamnations et les annonces de mesures pour lutter contre ce phénomène, les hommes armés poursuivent leurs actions, particulièrement dans les chantiers miniers.

 

Prise de Position Critique d’Aristide Briand Reboas.

 

Interrogé sur le regain de l’insécurité, Aristide Briand Reboas, ancien ministre de la jeunesse et des sports, a proposé que l’armée change de tactique face aux rebelles engagés dans une guérilla. Cependant, cette déclaration est perçue comme hypocrite et opportuniste. Reboas, récemment licencié du gouvernement, cherche à se repositionner politiquement. Ses propos sont considérés comme des tentatives futiles de revenir au pouvoir, en se servant de déclarations superflues pour attirer l’attention sur lui-même et détourner l’attention de ses propres échecs et ambitions personnelles.

 

Corbeaunews Centrafrique

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email: corbeaunewscentrafrique@gmail.com

Cliquez sur ce lien pour intégrer nos groupes  WhatsApp :

CNC Groupe 1

CNC groupe 2

Groupe Infos

 

Rappelons que dans les deux premiers groupes, seuls les administrateurs publient des contenus. Et c’est réservé uniquement aux articles du CNC.

 

Aucun article à afficher