Centrafrique : Charles Armel Doubane, un ministre isolé du gouvernement.

Publié le 13 décembre 2018 , 10:52
Mis à jour le: 13 décembre 2018 10:52 pm
Le ministre Charles Armel Doubane. Photo d'archive
Le ministre Charles Armel Doubane. Photo d’archive

 

 

Centrafrique : Charles Armel Doubane, un ministre isolé du gouvernement.

 

En disgrâce depuis plusieurs mois, le ministre des Affaires étrangères Charles Armel Doubane, qui a commis le pêché de ne pas prendre part à la festivité du 1er décembre dernier comme ses collègues du gouvernement vient d’être dépossédés de ses prérogatives par le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji.

 

 

Même si sa présence au côté du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale le mercredi 12 décembre dernier a été vue par certains observateurs nationaux comme  un signe de réconciliation et de confiance, ce jeudi 13 décembre 2018, les choses semblent changer radicalement.

Alors que les députés s’attendaient  à voir le ministre des Affaires étrangères Charles Armel Doubane et son collègue de la défense Marie-Noëlle Koyara lors  du débat sur le projet de ratification de l’accord de défense entre la République centrafricaine et la Fédération de Russie,le ministre délégué à la francophonie Chancel Sokodé Ndeugbayi, contre toute attente, s’est présenté dans  l’hémicycle ce jeudi 13 décembre en lieu et place de Doubane qui n’est plus autorisé à parlé au nom du gouvernement.

Cette absence du ministre Doubane, qui n’a pas été passée inaperçue pour bon nombre des Centrafricains, soulève énormément de doute quant à la capacité et la franchise du Président Faustin Archange Touadera à prendre de décision si les choses ne marchent plus.

Finalement, à quoi sert la présence du ministre  Doubane, la veille, dans l’hémicycle lors de questions au gouvernement sur le blocage de l’initiative  africaine pour la paix en Centrafrique ?

Ce qui est étonnant, le 3 décembre dernier, plusieurs dizaines des personnes, proche du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji et qui se réclament de l’association Béafrica engagé, ont pris le contrôle du ministère des Affaires étrangères pour exiger la démission du ministre Charles Armel Doubane de son poste pour la simple raison qu’il n’a pas participé à la festivité du 1er décembre au côté de ses collègues. Or, il est plus simple pour le Président Touadera de prendre sa décision ferme et limoger Doubane que de se prêter à ce jeu des gamins.

Rappelons que le ministre Charles Armel Doubane, dans un commentaire qu’il avait publié sur les réseaux sociaux,  annonce publiquement qu’il ne participera pas à la festivité du 1er décembre dernier, préférant suivre son église catholique qui a appelé ses fidèles à ne pas participer à cette festivité nationale en raison du massacre d’une soixantaine des déplacés dans le camp de l’évêché d’Alindao le 15 novembre dernier.

 

CopyrightCNC.

Aucun article à afficher